«

»

sept 05

avatar

Dark Souls 2

Développé par FROM SOFTWARE, Dark Souls II est la suite de Dark Souls premier du nom, dont la réputation de « Prepare to die » n’est désormais plus à faire.

En effet, pour ceux qui ne connaîssent pas la franchise, il s’agit d’un action-RPG japonais impitoyable au caractère old school qui ne pardonne pas la moindre erreur.
Jamais vous ne serez à l’abri dans Dark Souls 2. Le jeu tout entier veut votre mort, et soyez-en sûrs, il l’obtiendra. De quelque manière que ce soit.
Sachez tout de même, et il me semble important d’en faire mention, que ce jeu ne punit jamais injustement. Si vous mourrez, ça sera forcément votre faute. Ce jeu mettra en exergue votre faculté de persévérance, de concentration et titillera très fortement votre sens du challenge.
Aujourd’hui, Dark Souls est un des rares jeux qui procure une réelle sensation d’accomplissement lorsqu’on surmonte une difficulté. C’est ce qui fait, à mon sens, tout le sel de la franchise.

  • L’univers 

Vous incarnez un personnage maudit, qui vient de recevoir la Marque Sombre. Elle était anciennement la marque du Pygmée, l’ancêtre de tous les humains et des Ténèbres.
Le personnage sombre alors du côté des mort-vivants. Très vite, le personnage se déplace vers une sorte de batisse rudimentaire où se trouvent d’étranges vieilles dames vous expliquant que votre destin est d’aller au Royaume de Drangleic. C’est mystérieux, c’est opaque, bienvenue dans l’univers de Dark Souls.

  • Début de partie et prise en main

Vous créez une nouvelle partie, une très belle cinématique se déclenche et vous vous retrouvez directement en jeu, sous l’apparence d’un être humain encapuchonné et couvert de haillons. Impossible de repérer la moindre physionomie. Celà a un sens car ce n’est qu’après une courte phase de dialogue que vous allez vous souvenir de votre passé et ainsi être invités à choisir votre classe de départ, apparence, don et tout ce qui vous permettra de commencer réellement l’aventure.

Réfléchissez bien à votre classe de départ car, même si il est possible de modeler son personnage à notre convenance durant la partie, le début de jeu peut être réellement plus dur ou plus facile selon votre choix.

Ce nouvel opus nous confronte alors à une sorte de zone tutoriel qui vous enseignera sans lourdeur les bases du gameplay.

  • Mécaniques de jeu

Pour défaire vos nombreux ennemis, vous aurez bien sûr accès à une panoplie de mouvements.

Vous disposez de différentes façons d’attaquer vos adversaires en fonction des armes que vous allez utiliser. Normal, vous me direz.
Si on devait classer les attaques en deux catégories distinctes, je dirais qu’il y a les attaques physiques et magiques.

Si vous décidez d’être un valeureux et classique guerrier équipé d’une épée et d’un bouclier, vous pourrez attaquer avec votre épée de manière légère ou puissante, et parer avec le bouclier et même effectuer (avec un très bon timing) un contre pour infliger de lourds dégats.
Rien ne vous empêche cependant, en plein milieu de l’action, à l’aide d’une simple touche, à ranger votre bouclier dans votre dos et saisir votre épée à deux mains, ce qui amplifiera ses dégats et changera même les mouvements d’attaque.

Si vous êtes plutôt du genre lanceur de sort, vous pourrez lancer vos sortilèges à l’aide d’un catalyseur. (Bâton pour les sortilèges, Cloche de clerc pour les Miracles, Main de Pyromancie pour la Pyromancie)

Il y a également toute une panoplie d’armes à distances comme les arbalètes et arcs, qui ont leur mécanique propre.

Mais une fois encore, rien n’est gravé dans le marbre. Vous pourrez modeler votre personnage à votre convenance. Par exemple créer un guerrier pyromancien, ou une sorte de paladin usant de Miracles. C’est vous qui décidez.

Outre l’attaque et la parade, on retrouve bien évidemment la roulade, qui vous sera extrêmement utile pour éviter les coups mortels des ennemis. Attention tout de même, il faut savoir que Dark Souls gère l’encombrement. C’est à dire que si vous avez décidé de jouer une boite de conserve armée jusqu’au dent, vous serez très lourds et vos roulades seront presques inutiles. De plus, vous vous déplacerez moins rapidement.

Vous pourrez également vous servir d’objets qui seront parfois indispensable pour enchanter votre armes, ou tout simplement vous soigner.

Notons également l’apparition d’un système de torches, qui se consumeront au fur et à mesure que vous les utiliserez pour vous frayer un chemin dans la pénombre, ou simplement faire fuir un ennemi craignant la lumière.
 Une différence notable par rapport au premier opus, devenir une carcasse après une première mort n’est plus anodin. En effet, quand vous mourrez une première fois, vous perdrez évidemment votre humanité et vous vous transformerez en Carcasse. Mais ce n’est pas tout, maintenant, votre barre de vie sera légèrement réduite à chaque mort, jusqu’à ne plus avoir qu’une demi-barre de vie ! Pour retrouver une barre de vie normale, il vous faudra dépenser une Effigie humaine pour regagner votre humanité.

Pour survivre dans Dark Souls, il est indispensable de prendre le temps d’observer vos ennemis et d’apprendre leur mécanique. Foncer dans le tas sans réfléchir est, dans la plupart des cas, une très mauvaise idée. De plus, ne sous-estimez jamais un ennemi, aussi faible soit-il. Rappelez-vous que ce jeu est impitoyable, et qu’il n’est pas rare de se faire tuer par un ennemi de base, faute d’inattention.
Les ennemis ne seront pas votre seule préoccupation. L’univers de Dark Souls est truffé de pièges et de précipices qui se feront une joie d’engloutir vos espoirs instantanément.
 C’est la phrase que vous lirez probablement le plus souvent.

  • Le système de progression

Pour gagner en niveau dans Dark Souls, il vous faudra défaire des ennemis et ainsi gagner des âmes. Ces âmes constituent la seule et unique monnaie du jeu. Vous pourrez donc dépenser ces âmes pour gagner en niveau et ainsi augmenter les statistiques de votre personnage, les dépenser pour acheter des armes, armures, objets et sorts aux différents PNJ du jeu.
Mais attention… Si vous mourrez, vous perdrez vos âmes à l’emplacement de votre mort. Vous devrez aller les récupérer. Et si par malheur vous mourrez une deuxième fois avant d’avoir récupéré vos âmes, vous les perdrez DEFINITIVEMENT.
Prudence donc…
Heureusement, dans ce monde impitoyable, il y a tout de même un élément qui sera toujours un symbole de soulagement : Le feu de camp.
Les feux de camp sont disséminés à plusieurs endroits du jeu et font office de « check point » qui vous permettrons de récupérer tout vos points de vie, restaurer vos sorts, réparer vos armes et armures, remplir vos fioles d’Estus... Mais avec une contrepartie, et pas des moindres… Après s’être reposé à un feu de camp… Tous les ennemis reviennent à la vie. 

  • Conclusion

Si vous aimez le challenge, que vous n’avez pas peur de mourir en boucle pour surmonter une difficulté, ce jeu est un vrai régal. Vous allez l’insulter, penser à le jeter par la fenêtre, lancer votre manette, vivre de grands moments de solitude après une double mort consécutive, mais vous allez aussi connaître et apprécier ces moments magiques de félicité après avoir asséné le coup de grâce à un boss qui vous en aura fait baver des heures durant.
Ce sentiment de triomphe est tellement rare de nos jours dans les jeux vidéos next gen qu’il est réellement très agréable d’y (re)goûter.

 

 

2 comments

  1. avatar
    kighafarz

    J’ai failli craquer plein de fois pour ces jeux mais je crois que tu as fini par me convaincre, il faut vraiment que j’essaie.
    Merci pour cet article très sympa ;)

  2. avatar
    Zal

    Avec plaisir !
    Franchement ce jeu est énorme, même si j’ai déjà failli exploser ma manette plusieurs fois ! =)

Laisser un commentaire