«

»

nov 26

avatar

De Warcraft à Warlords of Draenor – l’Histoire de WoW

Nous y sommes, la cinquième extension de World of Warcraft pointe le bout de son nez. Avant de fouler les terres ancestrales des Orcs et des Draeneï, il m’a paru important de faire un point sur le background du jeu, et particulièrement sur les fondements de cette nouvelle aventure.

 

Oui bon en fait à la base je voulais faire court et puis, en me replongeant dans le Lore fascinant de Warcraft, j’ai fini par me dire qu’un retour sur l’ensemble de l’Histoire ne pouvait qu’être bénéfique. J’ai beaucoup cherché, beaucoup lu et aucun site ne m’a satisfait dans ma quête d’une rétrospective complète de cette histoire riche et complexe. J’ai pioché à droite à gauche, dans plein de sites francophones et anglophones, et je me suis fait mon propre article. Ce qui suit est une tentative de résumé ultime.

Alors sortez la bière, rangez mémé et donnez du valium aux gosses, fat pavé incoming!

  • Once upon a time, in a galaxy far far away…

Allez on accroche bien son slip, car je vais vraiment commencer au tout tout début. A vrai dire, avant la création d’Azeroth.

Au départ étaient les Titans, créatures mythiques et divines dirigées par une assemblée d’élite, appelée le Panthéon. Bon jusque là, on nage dans la mythologie classique. Leur rôle était de protéger les mondes et l’univers des créatures maléfiques du Néant Distordu, sorte de dimension éthérée connectant les différentes réalités.

Pour ce faire, les Titans choisirent un champion, le meilleur de leurs guerriers, le grand Sargeras. Tout comme ses pairs, il ne pouvait concevoir le mal et vouait sa vie et sa destinée au bien et à l’harmonie. Le bon vieux background manichéen mâtiné de mythologie grecque, en somme. Bon ok peut-être pas pour le Néant Distordu… Mais bref, je m’égare!

Dans le miasme diabolique du Néant, deux races se démarquaient et causaient du fil à retordre à notre bon vieux Sargidoux, les Nathrezims (les seigneurs de l’effroi, bien connus des joueurs de Wow) et les Annihilans (ils étaient en panne d’inspiration pour les noms qui font peur je crois). Le Titan de bronze ne fit tout de même qu’une bouchée de ces abominations au final, même si cela ne fut pas sans conséquences: la corruption s’insinuait lentement dans l’esprit de Sargeras, souillé par la vision de tant d’horreurs.

Sargeras le Titan de bronze

Il finit même par quitter le Panthéon, convaincu que la vision Bisounours du monde par les Titans n’était pas la bonne. Ces derniers ne prirent pas du tout la mesure de ce départ, trop occupés à modeler des mondes…

Car Sargeras, de plus en plus submergé de haine et de folie, péta son câble et libéra les démons qu’il avait lui-même emprisonné dans le Néant. Les Nathrezims lui jurèrent fidélité et se mirent à son service. C’est alors qu’apparurent deux personnages clés de l’histoire de Warcraft, les Eredars Kil’Jaeden et Archimonde, qui cédèrent à sa corruption et devinrent ses lieutenants (Contrairement à Velen, mais nous en parlerons bien plus tard). Le premier, dit le Trompeur, devait parcourir les mondes à la recherche des races les plus sombres pour lever une armée, tandis que le second devrait la mener (l’armée pour ceux du fond qui ne suivent déjà plus).

Déjà à ce moment de la création, on se retrouve avec Kil’Jaeden se baladant entouré de Nathrezims et Archimonde armé d’une garde d’élite, composée de Seigneurs des Abîmes (dont son bras droit, Mannoroth). Sargeras décida d’appeler tout ce beau monde la Légion Ardente, qui décima alors pendant des siècles des dizaines de mondes dans l’univers.

Pendant ce temps là (à Vera Cruz, oui oui je sais mais fallait bien que je la place), les Titans continuaient à vivre dans l’insouciance d’un monde fait de petits coeurs roses et de bébés lapins. Ils finirent par aborder une planète faite de chaos, de désolation, peuplée d’élémentaires hostiles adorateurs de Dieux Anciens cruels. Après avoir repoussé ces derniers et enchaîné leurs cinq grands maîtres sous la surface de la terre, ils commencèrent la bisouiffication de cette planète. Et vous l’aurez deviné, il s’agit de notre très chère Azeroth. Aidés des créatures locales (notamment des Nains), ils façonnèrent un continent unique, luxuriant et fécond, qu’il nommèrent Kalimdor, la terre de l’éternelle lumière.

Satisfaits de leur travail ils placèrent ce monde sous la protection des Aspects, les cinq grands dragons d’Azeroth: Alexstrasza la porteuse de vie, Malygos le Tisseur de Sort, Ysera la Rêveuse, Nozdormu l’éternel et Neltharion de Gardien.

Les Aspects

Leur job était surtout de surveiller l’immense fontaine de vie centrale qui irriguait Kalimdor, le Puits d’Eternité. Et tout devait continuer ainsi, paisiblement, pour des centaines d’années….

  • Et soudain, paf! Le con d’Elfe!

Ne mentez pas, je suis sûr que les Elfes vous ont toujours exaspéré. Mais si mais si, ils sont beaux, parfait, immortels, n’ont pas besoin de désodorisant pour leurs toilettes et ont toujours raison sur tout. Regardez la photo ci-dessous et jurez moi que vous n’avez jamais eu envie de lui coller une paire de claques!

Owi frappes moi!

Maintenant que nous sommes d’accord, je puis vous raconter l’histoire de leur naissance, et vous allez voir que finalement ils sont loin d’être aussi futés que Tolkien a bien voulu le dire (bon ok c’est lui qui les a créé mais même, merci Blizzard pour ce juste retour des choses).

Alors que Kalimdor vivait paisiblement, une tribu d’humanoïdes primitifs parvint à s’approcher des rives du lac du Puits d’Eternité. A force d’en squatter les berges et de jouer à la Playstation toute la journée, ils furent durablement affectés par la magie et mutèrent pour devenir les Kaldoreï, ou « Enfants des Etoiles« . Ils s’installèrent alors près du lac, construisant villes, temples et palais.

Les Elfes de la Nuit, car c’est bien d’eux que nous parlons, explorèrent tout Kalimdor, allant à la rencontre des différentes peuplades qui l’habitaient, mais restèrent toujours à l’écart des territoires dragons, car leur sagesse naissante dictait la prudence face aux cinq Aspects (tiens vous voyez, déjà ils étaient futés!), les premiers prêtres Elfiques pensaient que ces créatures étaient les gardiens du Monde, à juste titre.

Ils finirent par faire la connaissance d’un autre personnage mythique de Warcraft, le demi-Dieu Cenarius, gardien des forêts primitives. En sa compagnie, ils apprirent beaucoup de la nature, la tradition druidique ancestrale des Elfes de la Nuit y trouve d’ailleurs ses racines. C’était l’harmonie, la paix, les pipes à eau et du tofu bio tout les midis.

La rencontre

Cette civilisation grandit et finit par occuper tout le continent, sous la protection de leur déesse Elune, la mère de Cenarius. Et c’est là que ça recommence à partir en cacahuète, et qu’on va enfin pouvoir dire que les Elfes ne sont pas parfaits, loin s’en faut! Car la grande prêtresse et reine des Elfes de la Nuit, Azshara, avait un peu la folie des grandeur. Outre un palais que Khadafi n’aurait pas renié, elle choisit d’élever au dessus de la masse populaire une élite, une sorte de garde personnelle, qu’elle nomma les Bien-Nés, ou Quel’Doreï en elfique. On parle bien d’une caste supérieure, hautaine et distante de la plèbe, laquelle commençait à jalouser les-dits privilégiés. En sommes, le coup classique de la souveraine mégalo et de ses élus, de plus en plus coupés du peuples et de ses réalités. Pour couronner le tout, Azshara ordonna aux Bien-nés d’étudier plus avant la magie du puits, ce qu’ils parvinrent à faire haut la main, allant jusqu’à manipuler et contrôler cette magie.

Alarmés par cette dérive dangereuse, Cenarius et ses potes du clergé Elfique tentèrent en vain de dissuader la reine de cette folie, mais rien n’y faisait, d’autant plus qu’à travers ce Puits la corruption et la haine faisaient leur chemin. Car oui, nos amis les gentils Titans tout roses avaient bien sûr conçu cette source d’énergie pour qu’elle puise sa force dans le Néant Distordu. La bonne idée quoi.

C’est ainsi que Azshara et les Quel’Doreï devinrent froids et cruels, et surtout attirèrent l’attention de Sargeras.

  • Les Elfes sont des boulets, Vol. 2

Sargeras, le retour

C’est la puissance émanant du Puits qui attira l’ancien Titan. Il voulait tout simplement détruire Azeroth pour absorber l’énergie du lac magique, et pour ce faire il envoya la Légion Ardente à travers un portail… ouvert par Azshara et ses Bien-Nés, qui adoraient désormais le Maître Démoniaque comme un Dieu. Super GG comme on dit.

Enfin, parmi cette bande de boulet subsistait un Quel’Doreï qui semblait garder ses esprits, un certain Malfurion Stormrage. Tandis que, menée par Archimonde et Mannoroth, la Légion ravageait Kalimdor, le Bien-né décida de quérir l’aide de Cénarius pour organiser une résistance. C’est accompagné de son frère Illidan, également Bien-Né, et de la prêtresse Tyrande, qu’il alla trouver le demi-Dieu.

et là…

Oui, il fallait bien de la romance et du drame pour que la saga gagne son souffle épique, et ce fut chose faite puisque l’idylle naissante entre Malfurion et Tyrande eut pour conséquence d’attiser la jalousie d’Illidan, lui-même amoureux de la prêtresse. Ajoutez à cela une sensation de manque atroce lié à sa dépendance au Puits de l’Eternité, et vous commencez à comprendre pourquoi on le retrouva à Burning Crusade dans le camp des vilains…

Toujours est-il que, depuis l’antique Mont Hyjal, Cenarius, les cinq Aspects et les esprits de la forêt déboulèrent devant le bastion d’Azshara pour stopper l’invocation de Sargeras dont la venue était imminente. Pourtant le combat était sans espoir, la Légion était bien trop puissante et rapidement Malfurion songea à soigner le mal par le mal: détruire le Puits pour rompre le lien avec le Néant et bannir à jamais Sargeras d’Azeroth.

Une bonne idée, sans doute, mais certainement pas du goût d’Illidan, dévoré par la magie, et qui ne vit là que l’annihilation de l’objet de ses désirs. Du coup, ni une ni deux, il se fit la malle et partit prévenir Azshara des plans de son frère.

La suite est un peu catastrophique, puisque, prévenue, Azshara et les Bien-nés firent bloc pour protéger le portail d’invocation, le combat fut rude, Tyrande fut laissée pour morte ce qui déchaîna la colère de Malfurax.

Dans le même temps, l’un des cinq Aspects, Neltharion le Gardien, Maître du vol draconique noir, proposa à ses quatre comparses de recueillir un soupçon du pouvoir de chacun et d’en faire un artefact, l’Âme du Dragon. Confiants, ils lui firent confiance et s’exécutèrent. Malheureusement pour eux, ils ignoraient que dans la manip’ Neltharion s’était bien gardé d’y déverser sa part de pouvoir. Lorsqu’il utilisa le pouvoir de l’artefact contre les Bien-Nés, les autres Aspects ne comprirent que trop tard la trahison de leur frère, qui finit même par retourner ses forces contres les autres dragons. Dès lors, Neltharion fut plus connu sous le nom d’Aile de Mort, et l’artefact l’Âme du Démon. Nous en reparlerons bien sûr et comprendrons qu’il avait été corrompu par les Dieux Anciens, mais dans quelques milliers d’années :-)

Cette trahison draconique et les pouvoirs de l’artefact n’eurent que peu d’incidence sur l’issue du combat. Malfurion et Azshara provoquèrent le chaos et la destruction, le Puits d’Eternité s’effondra sur lui même et le monde se morcela, créant les continents que nous connaissons aujourd’hui et le Maelström au milieu, stigmate de l’ancien lac magique.

  • Illidan le furet

Sargeras et sa Légion furent donc chassés d’Azeroth et le monde commença à renaître de ses cendres. Les Elfes de la Nuit, visiblement vaccinés, décidèrent de bannir à jamais la magie et de se recentrer sur les arts druidiques, la communion avec la nature (et la feuillerêve hein).

A ce ci prêt qu’une poignée de dissidents adeptes de la magie se firent la malle dans les terres de l’est, les fameux Hauts Elfes de Quel’thalas dont on entendra parler bien plus tard.

Un événement vint pourtant bouleverser cette lente convalescence du monde. Ce que ni Malfurion ni Cenarius n’avient vu durant la bataille contre Azshara: Illidan avait discrètement prélevé quelques fioles de l’eau du lac avant le chaos. Et ce petit malin était allé les déverser dans un nouvel étang sur les hauteurs protégées du Mont Hyjal.

Et hop, un nouveau Puits d’Eternité! S’en fut trop pour Malfurion qui décida d’emprisonner son frère pour le priver à jamais de magie.

Pour protéger le nouveau lac magique, les Aspects Alexstrasza, Ysera et Nozdormu offrirent à Malfurion un gland enchanté (NO WAY!), qui deviendra l’Arbre Monde (Nordrassil), nourri de la magie de l’eau, et offrira aux Elfes longévité et résistance aux maladies.

A travers cet arbre désormais relié au Rêve d’Emeraude, le monde d’Ysera, celle-ci serait capable de réguler la nature d’Azeroth, d’insuffler la vie de toutes parts. En échange de cela, les druides devraient s’immerger dans un profond sommeil, de plusieurs siècles, pour explorer le Rêve d’Emeraude.

Le Rêve d’Emeraude

Laissée seule, Tyrande (eeeet oui elle a survécu en fait!) eut la charge de protéger le royaume des Elfes, bien implantés dans les forêts d’Ashenvale. Elle créa pour cela une garde d’élite à l’aide de ses soeurs, qu’elle baptisa les Sentinelles, appuyée par les fils et les filles de Cenarius (les Gardiens du Bosquet et les Dryades).

Et ainsi les siècles s’écoulent paisiblement, enfin….

  • La défaite de Sargeras et le retour de la Légion

Au cours des années qui passèrent, on vit émerger de nouvelles races en Azeroth. Parmi les plus puissantes, on comptait les Trolls, les Humains et les Gnomes (même si ceux là étaient déjà ridicules alors).

Les Haut Elfes de Quel’thalas étaient eux aussi toujours là, et assiégés depuis des années par les Trolls. Ils finirent par faire appel au royaume humain de Lordaeron pour bouter les vilains hors de leurs terre, en échange de leur savoir magique.

Les Humains, aussi bêtes que nous mêmes humbles habitants de la Terre, jouèrent un peu trop fort avec leur nouveaux pouvoirs et attirèrent l’attention d’agents de la Legion qui permirent à Sargeras de trouver un nouveau passage vers Azeroth. Pour mener cette guerre, désormais secrète, les humains créèrent l’Ordre de Trisfal, dont les gardiens étaient le bras armé. C’est l’une d’entre eux, Aegwynn, qui parvint à trouver Sargeras lors de son arrivée sur les terres de Northrend et à le défaire, non sans mal tout de même :)

Sargeras Vs Aegwynn

Alors que l’esprit de Sargeras, privé d’enveloppe physique, était retourné dans le Néant (d’ailleurs personne ne sait aujourd’hui où il se trouve), Kil’jaeden cherchait toujours une race susceptible de lui offrir sa victoire sur Azertoh.

Il finit par la trouver sur les terres de Draenor la rouge. De culture chamanique, cette peuplade nous la connaissons bien, puisque ce sont les Orcs !

Imaginez donc, tout un tas de mini-Hulks aux dents jaunes! Et c’est par l’intermédiaire d’un pacte de sang avec le plus respecté des chamans, Ner’zhul, que l’Eredar entendit corrompre la race entière. Mais le vieil orc n’était pas dupe, il rompit le pacte et Kil’jaeden fut contraint de se choisir un nouveau bras droit. Gul’dan, l’élève de Ner’zhul, aussi fourbe et calculateur que son maître, faisait un candidat idéal.

C’est ainsi que Kil’jaeden s’offrit une armée assoiffée de sang, sous l’égide du Conseil des Ombres créé par Gul’dan. Avec ses nécromanciens, ils balayèrent Darenor de toute vie, anéantissant les paisibles Draenei qui vivaient là depuis des millénaires en paix avec les Orcs. Au passage, les Orcs furent corrompus à l’aide du sang de Mannoroth, le bras droit d’Archimonde. Il ne restait plus qu’à trouver un moyen pour ouvrir une porte sur Azeroth…

Il suffisait pour cela de laisser faire les Humains, imbattables lorsqu’il s’agit de faire de la merde. En l’occurrence, ce fut bien malgré elle que Aegwynn, dernière Gardienne du Tirisfal, permit cette invasion! Tout commença par un gros coup de b… par sa volonté de faire perdurer sa lignée et de transmettre sa charge de Gardienne. Trouvant Niels Aran à son goût, elle sollicita le mage pour avoir descendance.

Ce qu’elle ignorait, c’est que durant sa victoire sur Sargeras, ce dernier avait planté sa graine en vue de corrompre le futur héritier d’Aegwynn. Malin de démon!

Lorsque Medivh vint au monde, sa mère ignorait tout du mal qui s’éveillerait plus tard. Car durant son adolescence, c’est un véritable déchaînement magique qui traversa le jeune homme, allant même jusqu’à tuer son père, le mage Aran. Plongé dans un profond comas, Medivh ne devait se réveiller que pour l’Ascension de Llane Wrynn (le jour où il devint prince de Stormwind), autre personnage clé de Warcraft; Durant la cérémonie, il apparut sous la forme d’un oiseau pour promettre un long règne au nouveau prince d’Azeroth, symbolisé par un sablier inépuisable.

Tout ceci n’était bien sûr que tromperie puisque Medivh était déjà corrompu jusqu’à l’os.

Medivh

Nécromancie, voyages spirituels dans le Néant, pactes démoniaques… Tout était bon pour le jeune Medivh qui ne sentait plus pisser face à un tel pouvoir.

C’est lors de ses vagabondages dans les méandres des mondes qu’il finit par toucher les rêves de Gul’dan, notre sympathique nécromancien en quête d’un moyen d’envahir Azeroth. Comme quoi, avant de clamser, Sargeras avait bien fait les choses! Et c’est avec la promesse de lui offrir le tombeau de celui-ci (enfoui dans l’océan par sa mère, Aegwynn) que Medivh parvint à convaincre Gul’dan, désormais persuadé de pouvoir accéder à un statut divin.

Le chef du Conseil des Ombres envoya donc deux puissants chefs de clans à travers la Porte des Ténèbres nouvellement créée par l’union de sa magie et celle de Medivh. Cho’gall, Ogremagie du Clan du Marteau du Crépuscule et Kilrogg Oeilmort du clan de l’Orbite Sanglante devraient ainsi mener une première invasion orque sur Azeroth.

Ce qu’ils firent sans mal, du moins au départ! La légende dit que le fameux sablier inépuisable offert par Medivh à Llane aurait lâché son dernier grain à l’instant même où la horde des Orcs se déchaînait sur Stormwind, balayant tout sur son passage. Y compris le Roi Wrynn, père de Llane. Ce dernier accéda au trône prématurément et mena la résistance contre les Orcs avec brio. Ceux-ci furent repoussés dans leur monde, provoquant la rage de Gul’dan et par la même occasion celle de son Maître, Kil’Jaeden le Trompeur.

Durant cette période, Aegwynn tenta en vain de raisonner puis de terrasser son propre fils. Medivh était devenu complètement fou, dévoré par la haine et la corruption de Sargeras. Affaibli par sa mère, ivre de rage, il déclencha ce qui serait plus tard connu sous le nom de Première Guerre.

  • World War 1 & 2

Medivh et Gul’dan renouvelèrent leur entente pour provoquer l’invasion d’Azertoh. Le premier proposait toujours au second l’emplacement du tombeau de Sargeras en échange de la souveraineté sur les humains.

Gul’dan

Déçu de Cho’gall et Kilrogg, Gul’dan confia ses armées à Blackhand, le chef du Clan Blackrock, un cruel et sanguinaire guerrier (bon ok, un Orc énervé quoi). Celui-ci harcela littéralement les forces humaines, détruisant de nombreux villages et bastions mineurs.

Pourtant, le fait marquant de cette guerre se trouvait hors des champs de bataille. Khadgar, le jeune apprenti de Medivh, prit la mesure de la folie de son maître et avertit le roi Llane, sans succès. C’est finalement grâce à Anduin Lothar, le légendaire héro de l’alliance, que le sorcier fou fut défait, plongeant par la même occasion Gul’dan dans un profond comas sans doute dû à la rupture brutale de leurs liens psychiques.

C’est alors qu’un autre héro de la horde fit son entrée: Orgrim Doomhammer, l’un des généraux de Blackhand. Ce dernier, privé des ordres de Gul’dan, s’avéra n’être qu’un simple capichef sans cerveau et fut rapidement assassiné par Orgrim qui prit les rênes de l’armée des Orcs. Il ne restait plus qu’à éradiquer le Conseil des Ombres, avec l’aide du chef du Clan Loup de Givre, Durotan, lequel fut rapidement zigouillé par le-dit Conseil des Ombres, laissant un fils du nom de Thrall… Pendant que la demie-orc Garona, elle aussi à la solde du Conseil des Ombres, assassinait le roi Llane dans la fleur de l’âge, propulsant Lothar à la fonction de régent en attendant que Varian Wrynn, le fils de Llane, soit assez âgé pour régner.

Pfiou!! Allez on fait une pause là! Franchement je vais vous le confier, je tente de maintenir un style fluide et agréable à lire mais il y a vraiment des moment ou c’est difficile tant les événements s’enchaînent dans cette histoire. On voit déjà, à ce stade, que ce n’est pas pour rien que cette licence a su nous immerger dans les contrées d’Azeroth!

Mais reprenons.

Cette guerre se solda par un cuisant échec de Stormwind, Lothar dut fuir avec son peuple au delà de la mer intérieure vers le royaume de Lordaeron, abandonnant sa cité.

Sous l’égide du roi Terenas Menethil, la résistance s’organisa et donna naissance à l’alliance que nous connaissons aujourd’hui. Sous le commandement de Lothar, les Nains de Khaz Modan, la flotte de l’amiral Portvaillant, Stromgarde, Alterac et même les Hauts Elfes de Quel’thalas firent front pour barrer le carnage en route. Uther Lightbringer et Tirion Fordring furent également de la partie, nobles représentants du clergé humain.

Terenas Menethil

C’est aussi lors de cette guerre que les Troll se joignirent à la Horde. Zul’jin, leur chef, était retenu prisonnier par les humains depuis de longues années et Orgrim Doomhammer y vit l’occasion de s’adjoindre les services d’un peuple féroce.

Zul’jin

Rejoint par Cho’gall et ses ogres, Orgrim prit Stratholme et Grim’batol, avant de faire tomber Stromgarde. Cette deuxième guerre se présentait décidément assez mal pour l’alliance nouvellement fondée, d’autant que le glaive sanglant de la Horde pointait désormais vers Quel’thalas.

Le salut vint d’où on ne l’attendait pas. Notre bon vieux Gul’dan, remit de sa commotion après la mort brutale de Medivh, n’avait pas dit son dernier mot. Après avoir volé un important artefact elfique dans les forêts de Lune d’Argent, il donna à ses Ogres de redoutables pouvoirs qui lui permirent de rallier à sa cause une bonne partie des forces d’Orgrim, semant la discorde dans la Horde.

Alors que tout semblait perdu pour l’Alliance à l’aube de l’assaut final sur Lordaeron, Gul’dan et son armée prirent le large à la recherche du tombeau de Sargeras, qu’ils finirent par trouver. Ironie du sort, le vieux chaman corrompu l’ouvrit, provoquant ainsi sa chute et celle de ses troupes. Le tombeau ne renfermait que des démons qui les massacrèrent, s’en était fini de Gul’dan.

Se retrouvant comme des cons, Orgrim et ses armées prirent la fuite pour le Mont BlackrockLothar vint les déloger, même si ce dernier y laissa sa vie. Les rares survivants de la Horde, dont Orgrim, furent fait prisonniers en Lordaeron tandis que Khadgar, apprenti et meurtrier de Medivh, boutait aux côté de Uther les dernières forces ennemies à travers la Porte des Ténèbres qui fut détruite.

Uther Lightbringer

  • Outreterre, escarmouches et renouveau de la Horde
Pansant ses plaie, Azeroth était loin d’avoir vécu tous ses drames… Mais la vie continuait sur Draenor. Gul’dan mort, Orgrim prisonnier, c’est le bon vieux Ner’zhul qui avait le champ libre pour reprendre la main sur le peuple des Orcs (toujours corrompus).
Conscient de l’état déplorable de la planète, il projeta de se barrer en ouvrant différents portails, en quête d’un monde meilleur.
Problème: pour ouvrir ces portes, Ner’zhul avait besoin de certains artefacts magiques trouvables en Azeroth, c’est pourquoi il renvoya, à travers une nouvelle Porte des ténèbres, un contingent armé mené par Grom Hellscream, du Clan des Warsong et Kilrogg, l’ancien général déchu de Gul’dan. Ils remplirent rapidement leur objectif, fichant au passage la frousse à Terenas qui voyait là les prémisses d’une nouvelle invasion.
Ni une ni deux, le roi de Lordaeron décida de clore le bec à ces foutus Orcs de Draenor une bonne foi pour toute en envoyant Khadgar et Turalyon (ancien bras droit de feu Lothar) expédier les gueux verts dans l’au-delà.
Dans le même temps, Ner’zhul commence l’ouverture de ses portes dimensionnelles, mais les forces engagées déchirent le tissu élémentaire de Draenor et menacent de la détruire. Voyant que les plans de leur Maître partent en sucette, Grom et Kilrogg se firent la malle et repassent la Porte des Ténèbres, très vite suivis, mais dans un des nouveaux portails,  par Ner’zhul qui avait également senti la forte odeur de poney qui commençait à régner en Darenor. Restèrent Khadgar, Turalyon et leurs hommes, qui tels des héros détruisirent la Porte des Ténèbres pour empêcher toute communication avec Azeroth. Ce faisant, il disparurent dans le cataclysme provoquant la destruction totale de Draenor, appelée depuis l’Outreterre. Nul ne savait si Khadgar et les autres survécurent à cela.

Bruce Willis, héro de Armageddon, lors de son hommage à Khadgar en 2004

Les Orcs furent alors réduits à une population en fuite sur Azeroth, traquée par les forces d’une Alliance traumatisée par deux guerres totales.

Pourtant, hormis Grom et Kilrogg, un autre clan échappait à Terenas. Il s’agissait du Clan Gueule-de-Dragon, mené par Nekros. C’est alors qu’un vieil arteact refit surface, l’Âme du Démon (cf. le début de l’histoire et la trahison d’Aile de Mort). Nekros, qui etait parvenu à s’en emparer avec la complicité de Neltharion, tenait sous son emprise Alexstrasza et privait Lordaeron de l’appui éventuel du vol draconique rouge. Depuis sa nouvelle forteresse, établie dans les ruines de Grim Batol, Nekros mena de nombreux raids dans les contrées du nord, mettant à mal l’Alliance qui peinait à protéger les camps de concentration où se trouvaient entassés les Orcs faits prisonniers à la fin de la deuxième guerre.

Ce fut grâce Rhonin, mage du Kirin Tor de Dalaran, que l’Âme du Démon fut détruite, libérant Alexstrasza, légèrement énervée, qui annihila le clan Gueule-de-Dragon et son chef.
L’alliance considéra alors la Horde éradiquée, ignorante de la survie de Grom et Kilrogg. Ce dernier fut pourtant vite capturé, en compagnie de son Clan de l’Orbite Sanglante. Mais Grom et son Clan des Warsong courraient toujours, en quête de leurs compagnons captifs.

Grom Hellscream

L’union fait la force, avoir un objectif commun soude les peuples et les rassemblent sous une même bannière. C’est vrai ans notre histoire, et ça l’était également en Azeroth. La guerre terminée, il fallait reconstruire, redéfinir les territoires et tout ceci avait un coût, de même que l’entretien et la surveillances des camps de prisonniers orcs.

C’est ainsi que l’Alliance commença à se déchirer, prises dans les tourments politiques. En parallèle, les Orcs captifs commençaient à manifester les symptômes d’un mal étrange, une sorte de léthargie. C’est Antonidas, l’Archimage de Dalaran, qui émit la bonne hypothèse. L’emprise démoniaque de Sargeras sur les orcs commençait à s’estomper.

Terenas ne put empêcher les Hauts Elfes de Quel’thalas, Grisetête de Gilneas et Stromgarde de quitter l’Alliance. Pour autant, il avait toujours le soutient sans faille du jeune roi Varian Wrynn de Sormwind, de l’Amiral Portvaillant, du roi des Nains Magni Barbe-De-Bronze et des sorciers du Kirin Tor, de Dalaran. Les années passèrent, Uther Lightbringer et ses Paladins veillaient sur l’ordre en Lordaeron.

La jeune génération commença à faire parler d’elle. Un certain Arthas Menethil, fils de Terenas, membre de la Main d’Argent de Uther et élève du frère de Magni, Muradin barbe-De-Bronze, éradiqua les trolls de Zul Aman, menés par Zul’jin.

Et en plus…

Une idylle naissante avec la fille de l’Amiral Portvaillan, Jaina, passionnait le peuple! Pourtant, d’après ce spécialiste:

Stéphane Berne, spécialiste en familles royales

Arthas, prince de Lordaeron, ne perpétua jamais la lignée royale avec Jaine. La jeune femme était totalement dévoué à ses travaux et son apprentissage dans les ordres du Kirin Tor, à Dalaran.

Durant cette longue phase de convalescence, rien de bien méchant de vint troubler Azeroth. Un Orc allait pourtant changer à jamais les frontières des royaumes. Il fut trouvé, enfant, errant dans la forêt après la mort de son père, Durotan. Nous parlons bien ici de Thrall, qui fut élevé à Durnholde par un Humain du nom de Blackmoore. Ce dernier n’était pas ce qu’on peu appeler un philanthrope, en fait il projetait d’utiliser ce jeune Orc pour avoir la main mise sur la Horde.

Mais Thrall, en grandissant, réussit à faire des fragments d’histoires glanés ça et là un solide canevas cohérent, et comprit alors ses origines. Par la même occasion, il vit Blackmoore d’un autre oeil et perçut ses viles intentions. Il décida donc de s’échapper et de partir à la recherche des survivants de son espèce. C’est ce que nous pouvons vivre aux grottes du temps, dans l’instance « Evasion de Fort-De-Durn« .

A force d’errer, il retrouva la trace d’un antique clan orc planqué en Azeroth depuis la première invasion, le Clan Loup de Givre, dont l’ancien chef n’était autre que son père Durotan, tué par le Conseil des Ombres. Son chef, Drek’Thar, le pris sous son aile et lui enseigna la culture chamanique. Gonflé à bloc, Thrall était bien décidé à libérer ses frères du joug de l’Alliance et de leur léthargie. Se faisant, il rencontra Grom Hellscream et le clan des Warsong. Il se prit d’admiration pour leur fierté et leur férocité.

Parmi les prisonniers, ils retrouvèrent également Orgrim Doomhammer, vieux et affaibli, qui les aida tout de même lors de la vengeance de Thrall sur Durnholde. Blackmoore fut massacré, mais Orgrim perdit la vie durant la bataille. c’est ainsi que Thrall, avec le soutien de Grom Hellscream et de Drek’Thar, devint le nouveau chef de la Horde.

Thrall

  • Le retour des démons

Bon ça va? pas trop dur de suivre cette tartine? Parceque c’est loin d’être fini!

C’est à partir de cette époque que vont s’établir les rapports de forces et les ennemis que nous avons affronté dans World of Warcraft.
On va revenir sur notre ami Ner’zhul qui, au moment de la destruction de Draenor (par sa faute hein) s’était barré avec ses suivants dans l’une des portes qu’il avait ouvert. Bon en fait cette porte menait droit au Néant Distordu, le bled de Kil’jaeden. Et autant dire que le vieil Eredar avait un peu les boules, surtout contre Ner’zhul justement puisque celui-ci l’avait trahi.
Ni une ni deux, il attrapa le vieux chaman, l’éplucha avec l’économe à mamie et ne garda que son esprit perclus de souffrance, enfermé dans un minéral indestructible. De ce bloc il tailla un être infâme, son nouveau général en chef, son nouveau bras droit. Bien qu’il s’agissait encore de Ner’zhul, la nouvelle créature spectrale, emprisonnée dans son cristal, n’avait rien de commun avec le vieux chaman. C’est ainsi que naquit le Roi Liche.
Le plan de Kil’jaeden était à la mesure de sa démence: envoyer le Roi Liche en Azeroth pour qu’il répande, à l’aide de ses serviteurs, une peste de mort qui décimerait tout vie sur la planète. Il le plaça sous la surveillance des Seigneurs de l’Effroi et de leur chef, Tichondrius.
Le cristal atterrit donc en Northrend et vint s’enfoncer au plus profond du glacier d’Icecrown. Ce cristal, contenant l’esprit de Ner’zhul, serait désormais plus connu sous le nom de Trône de Glace.

Tichondrius

Il passa alors quelques années à ravager Northrend, répandait sa peste sur les hommes qui se relevaient pour grossir son armée de morts-vivants. C’est également à cette époque que fut construite la sombre Citadelle dont nous connaissons bien les méandres :-)

Dans le même temps, il ne cessait de rechercher par l’esprit les âmes sombres d’Azeroth susceptibles de le servir. Parmi elle, il toucha le gros lot en la personne de Kel’Thuzad, grand mage du Kirin’tor. Déjà le bougre filait du mauvais coton et suscitait la méfiance à Dalaran, car il s’était mis à étudier les arts interdits de la nécromancie. Lorsqu’il entendit les appels puissants du Roi Liche, ce fut le coup de foudre. Il plaqua bobonne et sa piaule de la cité magique pour aller se geler les miches en Northrend. Ner’zhul lui promit vie éternelle et pouvoir s’il acceptait sa mission: fonder un culte à la gloire du Roi Liche parmi les hommes.

Kel’thuzad, après tuning par le Roi Liche

Toujours d’apparence humaine, Kel’thuzad commença a sillonner Lordaeron pour lever une foule de fidèle. La tâche fut aisée, les citoyens étaient écrasés par les taxes et se relevaient péniblement de décennies de guerres atroces. Parallèlement la confiance en leurs souverains s’affaiblissait. Ce fut la naissance du fameux Culte des Damnés, et de son école maléfique, la Scholomance. Du coup, si jamais un démon m’entend, c’est le moment de faire le même coup en Europe hein.

Bref, le Roi Liche savourait l’étendue progressive de son influence sur les populations d’Azeroth. Il commença à préparer le Fléau, ainsi qu’il nommerait son armée, qu’il pensait répandre à l’aide de chaudrons placés un peu partout dans les contrées nord de Lordaeron. La peste gagnait du terrain et déjà les actuelles Maleterres étaient contaminées.

Pour parfaire le tableau, il ne restait plus au Roi Liche qu’à trouver un moyen de se libérer de l’emprise de Kil’jaeden, de quitter son Trône de Glace. Il lui fallait un hôte, un être de chair…

  • World War 3
Terenas sentit le vent tourner. Les rumeurs de la peste dans le nord, d’un nouveau chef de guerre pour la horde qui décimait ses camps de rétentions… une forte odeur de sapin commençait à planer dans la région. Pour couronner le tout, un mystérieux prophète enjoignait tout le monde à se barrer en Kalimdor avant de subir les ravages du Fléau naissant. Seul Thrall écouta ce conseil et commença à rebâtir l’empire orc de l’autre côté du Maelström.
Arthas, Uther et Jaina quant à eux partirent au nord pour libérer Stratholme de la peste.
Sur le chemin ils tombèrent sur kel’thuzad, qu’ils parvinrent à défaire lors de la bataille d’Andorhal. Les vieux briscard se souviennent bien sur de cette quête dans les Maleterres de l’ouest, durant WOW Vanilla.
La suite est l’histoire vécue lors de la fameuse « Epuration de Straholme » dans les Grottes du Temps, et cet événement marqua le premier désaccord entre Uther et Arthas. Kel’thuzad, dans un dernier râle, avoua à Arthas que Straholme était tombée sous le Fléau, et qu’il ne pourrait rien contre la puissance du démon Mal’ganis, responsable de ce méfait. Arthas, fou de rage, partit pour Straholme et massacra toute la population de la ville pour endiguer la propagation de la peste, mais échoua à vaincre Mal’ganis qui prit la fuite. Il le poursuivit jusqu’en Northrend où il rencontra son ancien maître d’armes, Muradin Barbe-De-Bronze, qui recherchait une épée runique du nom de Frostmourne

Arthas Menethil

Lorsqu’ils finirent par la trouver, Muradin se dit que finalement cette épée était un peu chelou qu’il valait mieux s’en méfier, mais Arthas, aveuglé de haine à l’égard de Mal’ganis, n’en fit qu’à sa tête et brandit l’arme, projetant au passage un éclat de glace qui tua Muradin.

Ceux qui se souviennent du levelling dans l’extension Wrath of the Lich King noteront que ce passage est visible lors d’une quête dans la Désolation des Dragons.

Fort de sa nouvelle arme, Arthas entendit une voix qui commença lentement à prendre le contrôle de son esprit. Ner’zhul avait trouvé son Champion et lui ordonna de tuer Mal’ganis. C’est alors qu’Arthas quitta ses armées pour rejoindre son nouveau Maître, puis revint en Lordaeron où il tua son propre père, le roi Terenas.

Sa mission suivante fut de ressusciter Kel’thuzad et de relancer le Culte des Damnés, en perte de vitesse depuis la mort du patron. Pour ce faire, il devait se rendre à Lune d’Argent, la capitale de Quel’Thanas, afin d’exploiter la puissance de leur Puits Solaire. Au passage, il trucida ce bon vieux Uther à Andorhal. Les Hauts Elfes opposèrent une résistance farouche, menés par Sylvanas Windrunner, laquelle devint après sa défaite une banshee au service du Fléau. Kel’thuzad de nouveau debout, mais cette fois en Liche, Tichondrius, le démon supervisant le Roi Liche, lui ordonna d’invoquer Archimonde pour plier l’Alliance. Oui ce bon vieux Archi dont on n’avait plus entendu parlé depuis la première invasion de la Légion Ardente.

Archimonde

Le plan était de procéder à l’invocation au sein même de la cité magique de Dalaran, où se trouvait le Livre de Medivh, nécessaire au rituel. Antonidas, l’Archimage du Kirin’tor, mena une résistance désespérée face aux hordes de morts-vivants mais l’invocation réussit  et Archimonde réduisit la cité en ruines, tuant au passage Antonidas et bon nombres de mages. Cette apparition du grand Eredar marqua le retour de la Légion Ardente en Azeroth, laissant Arthas et Kel’thuzad au second plan.

Côté Kalimdor, la Horde naissait tranquillement. Thrall avait sauvé les Trolls Sombrelance de Vol’jin et découvert le peuple Tauren, dirigé par Cairne Bloodhoof, qu’il aida à regagner sa terre natale de Mulgore, et sa capitale Thunderbluff.

Jaina Portvaillant, la seule à avoir écouté les conseils du fameux prophète, avait établi son camp à Theramore et se faisait harcelée par Grom Hellscream. Thrall, désireux de maintenir une certaine paix avec les Humains pour construire son empire tranquillement, envoya Grom coloniser la forêt d’Ashenvale. S’engagea alors une guerre d’escarmouche avec un peuple dont nous n’avions pas entendu parlé depuis très longtemps, les Elfes de la Nuit, protégés par les Sentinelles de Tyrande. Pour rappel, les druides étaient toujours foncedés dans le Rêve d’Emeraude et avaient laissé les femmes se démerder.

Alors que Cenarius, appelé à la rescousse, allait prendre le dessus sur Grom, celui-ci se désaltéra dans une fontaine corrompue. Archimonde n’avait pas perdu son temps, il avait toujours les boules contre les Orcs depuis l’époque où ils avaient tout fait foiré avec Gul’dan et compagnie. Il avait du coup appelé son pote Mannoroth pour qu’il lui file un peu de son sang afin de corrompre à nouveau les Orcs. Et voilà comment Grom redevint le larbin de la Légion et tua Cenarius.

Thrall, pendant ce temps là, était parti avec Cairne trouver un mystérieux oracle dans les Serres Rocheuses. Il s’avéra qu’il n’était autre que le fameux prophète de Lordaeron, et qu’il avait convié en même temps Jaina. Cette entrevue mena à la première alliance de circonstance entre les orcs et les humains. Jaina aida Thrall à libérer son ami Grom de la corruption démoniaque, ce qu’ils parvinrent à faire. Puis Grom, ivre de rage, affronta Mannoroth dans la forêt d’Ashenval.

En tuant le démon, Grom perdit également la vie.

Tyrande, quant à elle, etait en déroute avec ses soeurs. Archimonde s’etait pointé à Ashenvale pour tout péter, et elle décida qu’il est temps de réveiller sa feignasse de Malfurion qui squattait le canap’ depuis quelques milliers d’années. En chemin pour retrouver Thrall et Jaina, avec qui le prophète, toujours le même, leur avait donné rendez-vous, Tyrande en profita pour libérer Illidan de sa prison, contre l’avis de Malfurion.

Bien sûr Illidan, au départ, était plein de bonnes intentions mais il croisât Arthas dans les forêts de Gangrebois, qui lui proposa de retrouver le Crâne de Gul’dan, planqué dans le coin, pour avoir la force de vaincre Tichondrius, le lieutenant d’Archimonde et Kil’jaeden. Le prince déchu de Menethil ne digérait pas trop le retour des Eredars qui l’avaient éclipsé du devant de la scène, et Illidan faisait office de benêt idéal pour abattre Tichondrius sans se salir les mains. Ce fut fait haut la main,

Lorsque, dans le même temps, Jaina, Thrall, Malfurion et Tyrande se rencontrèrent, ils découvrirent que le prophète n’était autre que Medivh,qui avait ressuscité on se sait comment, et qui cherchait visiblement à se faire pardonner. Son idée était simple: enterrer les haches de guerre pour détruire définitivement (pour la 3eme fois…) la Légion Ardente.

La suite et fin de cette troisième guerre correspond au raid des grottes du temps, « La Bataille du Mont Hyjal ». Archimonde projeta de se rendre auprès de Nordrassil, l’Arbre-Monde, pour gagner en puissance. Jaina et Thrall ralentirent le Fléau, affrontant vague sur vague, et permirent à Malfurion de réunir suffisamment d’esprits de la forêt pour vaincre Archimonde. Ce fut une grande victoire, même si Nordrassil en fut très affecté, poussant les Elfes de la Nuit à fonder plus tard Teldrassil et leur capitale, Darnassus.

  • Après Archimonde

Les événements qui font suite posent la trame des deux premières extensions de World of Warcraft.

Nous retrouvons Illidan Stormrage qui, après avoir vaincu Tichondrius à l’aide du crâne de Gul’dan, n’a plus rien d’un Elfe de la Nuit. Kil’jaeden, passablement énervé par la trahison de Arthas, promit à Illidan de réaliser tous ses voeux si celui-ci l’aidait à abattre le Roi Liche et son Champion.

Il entreprit de réveiller un peuple inconnu des habitants d’Azeroth, les fameux Nagas, qui n’étaient autres que d’anciens Elfes de la Nuits emportés dans l’effondrement du Puits d’Eternité, il y a bien longtemps.

Ravageant plusieurs cités elfiques de Kalimdor, Illidan était à la recherche d’un puissant artefact, l’Oeil de Sargeras, qui lui permettrait de dominer le monde. Cependant, il avait déclenché le courroux des Elfes de la Nuit et parmi les Sentinelles, la gardienne Maiev Shadowsong menait la traque. Aidée de Malfurion et Tyrande, ils se mirent en quête du traitre. Ce faisant, ils rencontrèrent un Haut Elfe bien célèbre, Kael’thas Sunstrider de Quel’thalas, qu’ils protégèrent d’une attaque du Fléau. Durant la bataille, Tyrande fut emportée par les flots et Maiev fit croire à Malfurion qu’elle avait péri, histoire d’attiser son courroux et d’être bien sûre que l’Archidruide ne laisserait pas la vie sauve à son frère.

Aidé par Kael’thas, Malfurion parvint à défaire Illidan et détruire l’Oeil de Sargeras (entre temps Illidan l’avait retrouvé), il était prêt à le mettre à mort lorsque ce dernier lui expliqua le mensonge de Maiev. Sceptique, Malfurion donna une dernière chance à son frère de se racheter s’il l’aidait à retrouver Tyrande. Etonnamment, ou peut être pour sauver ses miches, Illidan sauva l’amour de l’Archidruide des flots, ce qui apaisa sa colère. Sa vie épargnée, Illidan fut tout de même condamné à l’exil éternel sur Draenor (enfin l’Outreterre du coup) avec ses Nagas, secrètement suivi par Maiev dont la rage était inextinguible.

Cependant, tous les Nagas n’avaient pas suivi Illidan. Une sorcière notamment, rôdait toujours en Azeroth. Connue sous le nom de Dame Vashj, elle fit la rencontre de Kael’thas Sunstrider. Celui-ci, comme la plupart des Hauts Elfes, était un éternel insatisfait au regard de la magie. Vashj lui parla alors de son Maître, Illidan, auprès de qui il pourrait décupler sa puissance. Séduit, Kael’thas choisit de suivre la sorcière Naga avec une partie de son peuple en Outreterre. On les connaîtrait désormais sous le nom d’Elfes de Sang. Sur place, ils découvrir que leur Maître avait été capturé par Maiev Shadowsong. Ils parvinrent toutefois à le libérer, Illidan avait désormais ses deux fidèles lieutenants.

Mais tout n’était pas rose en Draenor. Les quelques Orcs restant avaient également connu la corruption du sang de Mannoroth, et Kil’jaeden chercherait sans doute à rosser Illidan pour son échec en Azeroth. Il prit donc sur lui de fermer toutes les portes menant à ce monde dévasté, enchaîna le lieutenant local de la Légion Ardente, Magtheridon, sous la citadelle des flammes infernales, aidé par le peuple des Roués et son chef Akama.

Akama

En Azeroth, Arthas était le nouveau Maître du Fléau, sous l’égide du Roi Liche. Il vira les derniers lieutenants de la Légion Ardente présents en Lordaeron (dont les célèbres Varimathras, Balnazzar et Detheroc) et voulu repartir en Northrend, où son Maître avait besoin de lui.

A ce moment de l’histoire, tout faillit se terminer pour Arthas. Le pouvoir de Ner’zhul s’affaiblissait, provoquant par là même la déchéance de son Champion. Ils avaient du mal à tenir le Fléau et bientôt certaines créatures sous leur emprise purent se libérer. Ce fut le cas de Sylvanas Windrunner, la ranger transformée en banshee par Arthas. Elle fut approchée par Varimathras qui lui proposa de le servir mais, trop heureuse de retrouver son indépendance, elle refusa et fut contrainte de soumettre le démon lors d’un combat. Avec son nouveau toutou, elle trucida Balnazzar et Detheroc, tout en fondant sa propre faction, les Réprouvés d’Undercity.

Arthas se fit jeter de Lordaeron et partit se réfugier au pied du Trône de Glace… Enfin c’est ce qu’il essaye de faire. Kil’jaeden n’était pas resté les bras croisé et avait retrouvé la trace d’Illidan pour le contraindre à terminer sa mission en détruisant le Roi liche.

C’est pourquoi, en abordant les côte gelées de Northrend, le fils déchu de Terenas tomba sur Kael’thas et Dame Vashj qui préparaient leur assaut sur la Citadelle Noire d’Icecrown. Il se fraya un chemin dans les entrailles de la cité perdue d’Azjol-Nerub, se faisant au passage un allié puissant, le roi Anub’arak, également serviteur du Fléau.

Anub’arak

Ils parvinrent au pied de la Citadelle, face aux armées de Nagas et d’Elfes de Sang. Le Trône de Glace, fissuré, laissait filer la force vitale de Ner’zhul. Arthas se rua dans la salle du Trône et dut affronter Illidan en combat singulier, combat qu’il parvint à remporter malgré ses forces diminuées. Il chassa Illidan hors de son royaume, brisa le le cristal de Ner’zhul et absorba ses pouvoirs, en mettant son heaume. Arthas et le Roi Liche ne faisaient plus qu’un et devaient régner de longues années sur les terres gelées de Northrend.

Illidan, quant à lui, sombra un peu plus dans la folie à son retour en Outreterre. Persuadé de l’arrivée prochaine de Kil’jaeden en Outreterre,il se prépara en reprenant le contrôle des Gangr’orcs (les fameux corrompus par le sang des démons) et envoya les Elfes de Sang de Kael’thas reprendre Shattrah, l’ancienne capitale du peuple Draenei reconstruite par les Shat’ar. Mais ces elfes firent sécession et devinrent les Clairvoyants, tandis que Kael’thas construisait son petit empire en Raz-de-Néant et que Vashj s’était installé dans les profondeurs de Zangar.

Dans le même temps, Thrall et sa Horde s’étendaient en Kalimdor. Aidé de Rexxar et Drek’thar, il repoussa les assaut répétés de l’Amiral Portvaillant, qui ignorait les supplications de sa fille Jaina pour apaiser les tensions entre les peuples. Elle finit par être obligée de s’allier à Rexxar pour maîtriser son père qui mourut au cours du combat, brisant le coeur de jeune femme. Les relations entre Humains et Orcs s’apaisèrent ensuite et chacun resta dans son coin.

  • Et nous voici arrivé à… WOW Vanilla!

Et oui! Vous avez eu le courage de lire jusque là, je vous en remercie, mais dites vous bien que tout ce dont on a parlé concernait en fait les jeux Warcraft 1, 2, et 3, ainsi que leur add-on (à part quelques instances des Grottes du Temps ou quêtes isolées retraçant le passé). Vous avez cependant noté que tout est en place, tous ces ennemis que nous avons affronté sont là quelque part, et les différentes factions jouables de la Horde et de l’Alliance sont présentes. Et vous allez voir que, finalement, la suite de l’histoire est bien plus courte. Je ne dirais pas que le Lore s’est affaibli à partir de World of Warcraft, mais presque…

La Horde et l’Alliance observèrent une certaine distance, permise par la présence de nombreux ennemis communs. Si Arthas et Illidan étaient pour le moment hors du coup, de nombreuses créatures malfaisantes peuplaient encore les terres d’Azeroth. Le Culte des Damnés de Kel’thuzad prospérait depuis sa Scholomance. Les Orcs de Blackrock, vestiges de la deuxième guerre, étaient toujours là eux aussi. Les vieux Seigneurs Elementaires, jadis  bannis par les Titans lors de la création de Kalimdor, s’étaient réveillés en la personne de Ragnaros, le Maître du feu. Les rejetons du vol draconique noir, Onyxia et son frère Nefarian, enfants de Neltharion/Aile de Mort, causaient du fil à retordre aux héros.

Infiltrée sous une fausse identité, Onyxia parvint à emprisonner le roi Varian Wrynn de Stormwind sur une île gardée par des Nagas. Déguisée en Dame Katrana Prestor, elle pris le contrôle de la cité humaine par la ruse. Elle fut finalement tuée par Varian, échappé de sa prison.

Onyxia

Mais le pire de tous était certainement C’thun, l’antique Dieu également muselé par les titans. Depuis sa cité d’Ahn’qiraj, il lança sur Kalimdor ses hordes de guerriers Qirajis.

Pour le stopper, il fallait pouvoir entrer dans son temple, ce qui nécessitait un clé, ou plutôt un sceptre. Les héros d’Azeroth durent en rassembler les fragment, en battant Eranikus et Hakkar dans leur temple du Marais des Chagrins, puis en travaillant pour Azuregos du Vol Bleu.

Le dernier fragment était détenu par le nouveau chef du Vol Noir, Nefarian, fils d’Aile de Mort. dans son repaire de Blackrock. Sous la montagne, la guerre faisait rage entre ses esclaves, les Orcs et les Draconiens, et les Nains de l’Empereur Thaurissan, à la solde de Ragnaros. Mais Nefarian avait un projet des plus terrifiants, utiliser le sang des différents Vols pour créer une race supérieur, le Vol Chromatique. Il fut stoppé dans sa folie par les aventuriers d’Azeroth, qui finirent par l’abattre et récupérer le dernier fragment du sceptre.

C’est donc menés par Anachronos, du Vol de Bronze, que les armées de la Horde et de l’Alliance pénétrèrent l’antique cité d’Ahn’Qiraj. Les combats furent douloureux et causèrent de nombreuses pertes, mais les généraux tombèrent un à un, et C’thu, fut défait.

Après une période de calme relatif, qui raviva le tensions entre la Horde et l’Alliance, les événements s’enchaînèrent. Kel’thuzad attaquait les ruines de Lordaeron depuis sa citadelle volante de Naxxramas. Une météorite vint s’écraser en mer, au sud de Teldrassil. C’était en fait un vaisseau transportant le peuple Draenei et son chef Velen, le gentil Eredar, qui vinrent se ranger sous la bannière de l’alliance par l’intermédiaire de Tyrande.

Velen

De leur côté, les Elfes de Sang de Quel’thalas, menés par Lor’themar Theron suite à la trahison de Kael’thas, furent intégrés à la Horde par l’intermédiaire de Sylvanas Windrunner, qui n’oubliait pas ses racines.

Enfin, Kil’jaeden signa son grand retour en envoyant, par la Porte des Ténèbres nouvellement ré-ouverte, le Seigneur Funeste Kazzak pour laminer Azeroth. Ceux qui ont vécu les events précurseurs au lancement de la première extension de WoW se souviennent de ce bourrin qui rasait tout sur son passage, allant même jusqu’à décimer les capitales. La Horde et l’Alliance parvinrent tout de même à le renvoyer en Outreterre et décidèrent d’y aller à sa suite pour en finir.

  • The Burning Crusade

Vous vous souvenez de Khadgar, qui avait disparu lors de la destruction de Draenor? Et bien en fait il n’était pas mort, pas plus Danath Trollbane de Stromgarde qui l’accompagnait alors.

Et il n’avait pas perdu son temps! Il avait retrouvé la trace des Naaru, êtres de lumière et alliés ancestraux des Eredars, qui avaient aidé Velen à survivre face à Archimonde et Kil’jaeden. Khadgar avait réussi à convaincre A’dal et ses Naaru de l’aider à reconstruire Shattrah.

La Horde et l’alliance avaient donc quelques alliés dans la place sans le savoir. Ils s’établirent dans la péninsule des flammes infernales et s’attelèrent à abattre la Citadelle, dirigée par Kargath et Magtheridon, sous l’égide de Teron Gorefiend, le premier des Chevaliers de la Mort. Tout ceci fut rapidement plié et Teron trouva refuge au Temple Noir, domicile local de notre cher Illidan.

Magtheridon

Les héros, avec l’aide de Khadgar, durent ensuite s’attaquer aux Nagas de Dame Vashj, qui depuis leur repaire de Glissecroc harcelaient les Roués et les abords de Shattrah. Ce ne fut pas une mince affaire, mais la sorcière finit par succomber également.

C’est alors qu’Akama, chef des Roués et ancien propriétaire de la piaule d’Illidan, décida d’en finir avec ce dernier. Problème, le frère Stormrage détenait l’ombre d’Akama et le forçait à maintenir Maiev prisonnière sous les terres d’Ombrelune. C’est avec l’aide des héros de la Horde et de l’Alliance que l’ombre d’Akama fut libérée, ce qui permit de faire le ménage dans le Temple. Teron et compagnie furent rasés, de même qu’Illidan. S’en était fini du traître, une bonne fois pour toute.

Il ne restait plus qu’à botter l’arrière train de Kael’thas, dernier lieutenant de feu Illidan. Et il n’avait pas perdu son temps! Complètement fissuré du goulot, il s’était construit un petit empire en Raz-de-Néant. Expériences biologiques, tortures, recherches technologiques… Il cherchait à étendre ses pouvoirs, bien gardé par son Phoenix A’lar. Rien de mieux pour cela qu’un énième pacte démoniaque avec Kil’jaeden, assisté de Kazzak qui se terrait en Outreterre.

Encore une fois, rien ne résista au rouleau compresseur des forces conjuguées de la Horde et de l’Alliance. Kael’thas, tout comme Kazzak, succombèrent.

Pour comprendre la suite, petit retour en arrière. Vous vous souvenez de la manière dont Arthas avait ressuscité Kel’thuzad en utilisant le Puits du Soleil des Elfes de Quel’thalas? Non? Remontez un peu et relisez moi ça alors. Voilà, bon et bien en faisant cela Arthas avait corrompu le Puits sans le savoir, et offert une nouvelle porte d’entrée à Kil’jaeden.

Kael’thas Sunstrider

La Horde et l’Alliance montèrent alors une association de circonstance, baptisée Opération Soleil Brisé. En arrivant sur l’île de Quel’danas, il tombèrent nez à nez avec Kael’thas ressuscité par Kil’jaeden mais bien moins puissants qu’auparavant (instance: Terrasse des Magistères). Puis ils s lancèrent à l’assaut de plateau du Puits du Soleil pour interrompre l’invocation de Kil’jaeden. Après avoir libéré le Gardien Kalecgos, ils défirent les différents lieutenants de la Légion pour arriver devant le portail, déjà ouvert. Tout semblait perdue lorsque Anveena, l’autre Gardienne du Puits, sacrifia sa vie pour bannir à jamais Kil’jaeden dans le néant.

Cette fois, promis, la Légion était défaite pour toujours (ou pas?).

  • Wrath of the Lich King
Nous abordons alors la deuxième extension de World of Warcraft. Car durant la bataille en Outreterre, le Roi Liche n’est pas resté inactif. Lors du retour des héros en Azeroth, ceux-ci constatèrent les ravages du Fléau sur leurs terres, pilonnées par les citadelles volantes.
L’alliance décida d’envoyer Bolvar Dragonblight à l’assaut de Northrend. Celui-ci avait été régent de Stormwind à l’époque ou Varian avait disparu, peu avant le coup d’éclat d’Onyxia.
La Horde, quant à elle, opta pour Dranosh Saurcroc et Garrosh, le fils de Grom Hellscream. Parallèlement, Rhonin du Kirin’tor avait réussi à reconstruire Dalaran et l’avait envoyé en Northrend pour appuyer les combattant de ses forces magiques.

Dalaran

Deux factions se créèrent sur place pour assister l’effort de guerre. La Croisade d’Argent, réunion des Chevaliers de la Mains d’Argent et de l’Aube d’Argent, était dirigée par Tirion Fordring, un ancien paladin de la seconde guerre.

Le Verdict des Cendres fut quant à lui fondé par le Généralissime Darion Mograine, chevalier de la mort émancipé du Roi Liche grâce à Tirion, qui l’avait convaincu de l’emprise néfaste d’Arthas/Ner’zhul.

De son côté, le Roi Liche avait réuni toute sa clique: Anub’arak, le docteur Putricide, d’anciens Elfes de Sang ramenés à la vie, Malygos et sa compagne, ramenée à la vie, Sindragosa. Tout était réuni pour une belle partie de massacre!

Cependant, un électron libre vint perturber les combats. Tandis que Bolvar et Saurcroc lançaient un assaut sur la Citadelle Noire, le professeur Putescin, un réprouvé indépendant inventeur d’une nouvelle peste ravageuse fit irruption. A la base, il avait été envoyé en Outreterre par Sylvanas pour trouver un antidote au Fleau mais avait gardé le fruit de ses recherches pour son compte. Il avait, en somme, créé la peste de la peste. Arthas fit irruption sur la Citadelle, tua Saurcroc, en faisant un chevalier de la mort, et Putrescin bombarda tout le monde, ravageant Horde, Alliance et Fléau (même le Roi Liche fut blessé!). Bolvar ne survécut pas à cette bataille.

En plus,Putrescin s’était allié en secret à Varimathras, le démon soumis de Sylvanas, et tous deux avait réussi un coup d’état à Undercity. Vous vous souvenez sans doute de cette quête qui, depuis les égouts de la capitale des Réprouvés, nous mena au coeur de la cité pour vaincre Putrescin et Varimathras.

Ce contretemps avait donné le temps au Roi Liche de trouver un nouvel allié de taille dans les profondeurs d’Ulduar. Le Dieu Ancien Yogg-saron, frère de C’thun, lui permit d’avoir accès à une quantité illimité de saronite, issue de son sang divin, pour renforcer ses armées.

Yogg-saron

Tandis que Bran Barbe-De-Bronze, frère du roi Magni, explorait les profondeurs d’Ulduar, la Horde et l’Alliance durent faire face à la menace du Vol Bleu, incarné par son chef Malygos, l’un des cinq Aspects, et son alliée Cyanigosa. Si celle-ci fut vite pliée avec l’aide Rhonin (instance: le Fort Pourpre), Alexstrasza dut prêter main forte pour abattre son frère, réfugié dans l’Oeil de l’Eternité.

Bran revint à Dalaran avec des nouvelles alarmantes: Yogg-saron était bel et bien de retour. La folie du Roi Liche n’avait donc aucune limite, car seuls ceux qui l’ont affronté savent à quel point cet être redoutable était peu fréquentable. Ce fut un effort de longue haleine, d’autant que les Gardiens d’Ulduar, les géants Freya, Hodir, Thorim et Mimiron avaient été corrompus par le sang du Dieu. Mais, une fois le Sans-Visage Vezax vaincu, les héros d’Azeroth purent mettre un terme au règne de Yogg-saron sur l’antique cité des Titans et freiner ainsi la course à l’armement du Roi Liche.

Les armées libres n’avaient plus que deux objectifs à conquérir: Naxxramas et la Citadelle d’Icecrown. Mais la Horde, tout comme l’Alliance, ne satisfaisait pas du niveau moyen des troupes; Il fallait les endurcir. Ils décidèrent donc de monter le Colisée des Croisés pour tester leurs valeureux guerriers.

Bon stop là quand même. genre les gars ils se font trucider de générations en générations, ils ont buté des Eredars, des Aspects (je pense qu’à la lumière de cet article, si vous n’aviez pas compris ceque ça représente de buter un Malygos, vous avez compris!), des Seigneurs Elémentaires, des Dieux Anciens… Mais non les gars sans dec’ on sait pas trop ce que vous valez, on va vous balancer en pleine face des créatures monstrueuses pour voir.

J’ai toujours rêvé de placer une image de Wayne Campbell dans un article

Mais bon la mutinerie tout ça, c’était pas leur truc on dirait. Donc, sans broncher, il allèrent se faire éparpiller les chairs dans le Colisée. Notons au passage que, même si ce fut fortuit, cela permit de se débarrasser d’Anub’arak, le Seigneur Nérubien, puisqu’à la fin des combats le sol de l’arène s’effondra et obligea les guerrier à lui faire face.

Il était temps d’abattre le bras droit du Roi Liche, Kel’thuzad, dans sa nécropole de Naxxramas. Alors vous allez me dire, oui mais à la fin de Vanilla il s’était déjà fait occire par l’Aube d’Argent, dans les Maleterres (Cela reste, d’après les PGM, l’instance la plus difficile de l’histoire de ce jeu). Oui ma petite dame, mais à l’époque la destruction de la liche ne fut pas totale. Il restait l’urne contenant ses cendres, le fameux Phylactère.

« Centrale, nous avons un Phlic à terre… Nous n’avons pas d’autre explication »

Tout ceci explique la pirouette scénaristique qui a permis à Naxxramas de flotter à nouveau dans la Désolation des Dragons, avec Kel’thuzad à bord.

Pour l’anecdote, je ne sais pas si vous vous souvenez d’une quête, au sol sous la nécropole, où l’on devait buter une liche dans le mausolée de garde-hiver, Thel’zan de son petit nom. Et bien cette liche n’était autre que Inigo Montoy ancien prêtre de l’Aube d’Argent qui avait été chargé, à l’époque, de ramener le phylactère à la chapelle de l’espoir de lumière. Pourtant, personne ne revit le bougre et son urne, il avait entre temps entendu l’appel du Roi Liche, trahissant ses frères.

Mais bref, revenons à nos moutons. Tirion Fordring lança l’assaut sur Naxxramas. De nombreux lieutenants défendaient les lieux, parmi lesquels le Baron Rivendare de Stratholme, chef des chevaliers de la mort, ou encore le wyrm Saphiron. Mais comme d’hab’, les héros firent le maillot au Fléau et Kel’thuzad fut enfin vaincu pour de bon. Il ne restait plus qu’à finir le boulot à Icecrown.

Derrière un Tirion enragé, Horde et Alliance s’engouffrèrent dans la Citadelle. Il ne rencontrèrent rien de bien insurmontable, se pouillèrent un coup dans les airs puis tuèrent Saurcroc, devenu chevalier de la mort.

Il fallut ensuite faire le ménage parmi les derniers alliés d’Arthas/Ner’zhul. Putricide, l’un des inventeurs de la peste du Fléau, Lana’thel et ses elfes de sang ressuscités, et enfin Sindragosa tombèrent comme des mouches, même s’il fallu pour cette dernière l’appui de Jaina et Sylvanas.

C’est alors que tous parvinrent au pied du Roi Liche, de cette abomination fruit de la réunion d’un vieux chaman orc et d’un jeune prince de Lordaeron. Sans dec’, on sait que ça vient de loin lorsqu’on se penche sur l’histoire complète!

The Lich King

La surprise fut de trouver le corps de Bolvar enchaîné au dessus du Trône. Celui-ci avait succombé lors de l’attaque de Putrscin, mais comme pour Saurcroc, Arthas avait tenté de le corrompre et d’en faire un chevalier de la mort. En vain, le vaillant héro avait résisté au Fléau.

Le combat fut épique (l’un des plus beau du jeu, selon moi hein) et s’acheva par un duel Forstmourne/Ashbringer qui vit le trépas du Roi Liche. Arthas trouva enfin le repos auprès de feu son père, le roi Terenas. Et parcequ’il fallait bien garder le Fléau sous contrôle, Bolvar, dans un sale état, offrit de porter le heaume de la mort et devint le nouveau Roi Liche.

  • Cataclysm
Vous admettrez qu’à ce point avancé de l’histoire, il fallait commencer à fouiller dans le fond du placard des méchants pour trouver une suite à l’histoire tourmentée du monde d’Azeroth. Tous les ennemis mythiques étaient morts (Arthas, Kel’thuzad, Illidan et ses lieutenants, la Légion Ardente…) ou évaporés dans le Néant (Kil’jaeden). Pourtant il en restait un, le pire de tous au final mais qui n’était apparu qu’en pointillés depuis des dizaines de milliers d’années.

Aile de Mort

Les prémices de sa venue alarmèrent tout le monde. Des catastrophes naturelles apparaissaient ça et là et le plan élémentaire semblait troublé.

Thrall décida de quitter ses fonction de meneur de la Horde pour investiguer la question. Son idée fut de se rendre en Nagrand, fief ancestral du Clan Loup de Givre en Outreterre, et plus précisément au Trône des Eléments, pour tirer cela au clair.

En fait, personne ne se doutait de l’énormité du danger. Si on y repense, Neltharion n’était qu’un vague nom depuis longtemps oublié. Il y avait bien eu l’histoire du retour de l’Âme du Démon avant la deuxième guerre, les frasques de sa progéniture durant WoW Vanilla (Nefarian et Onyxia), mais bon globalement personne ne l’attendait.

Alors que les Troll Sombrelance récupéraient les Îles de l’Echo, les Gnomes reprenaient leur ancienne capitale, Gnomeregan. Le royaume de Gilneas, frappé par la malédiction des Worgens, sortait de sa torpeur sous les assaut de Sylvanas des Réprouvés et se joignit à l’Alliance.

De nouveau, une odeur de friture envahit l’atmosphère. On commençait à revoir des agents du Marteau du Crépuscule, à la solde de Cho’gall. Si vous avez réussi à suivre mon pavé, on n’en avait plus entendu parlé depuis la deuxième guerre! Pire encore, les vieux Seigneurs Elémentaires se réveillent: Ragnaros, Therazane, Al’akir et Neptulon semblaient être sur le point de briser leurs chaînes.

Pour couronner le tout, Thrall eut la bonne idée de laisser la Horde aux bons soins de Garrosh Hellscream, fils de Grom, pendant son escapade en Outreterre. Sauf que le jeune chef de guerre n’avait pas la sagesse du vieux chaman et déjà on sentait poindre le retour des hostilités avec l’Allliance. Et pas que! Il énervait au plus haut point le sage Cairne Bloodhoof, chef des Tauren de Thunderbluff. Ce dernier défia Garrosh en duel, mais fut trahi par Magatha des Totems-Sinistres qui avait enduit la lame de l’Orc à son insu. Cairne succomba et les Totems-Sinistres prirent le contrôle de Mulgore, avant de se faire massacrer par Baine, fils de Cairne, qui repris la capitale de son peuple aux traîtres.

A Ironforge la vie n’était pas non plus de tout repos. Magni Barbe-De-Bronze, le roi, voulu « communier avec la Terre » pour comprendre les troubles naissants. Le pauvre bougre fusionna avec la montagne des nains. Les trois principaux clans des nains, Barbe-De-Bronze, Marteau Hardi et Sombrefer, se mirent d’accord pour un triumvirat qui devait gérer le royaume en attendant mieux.

Et alors ce fut le Grand Cataclysme.

Ces terres où nous avions galopé des heures durant, ces contrées que nous aimions, comme Stranglethorn par exemple, tout cela fut chamboulé submergé, détruit. Azeroth changea de visage à jamais. Nous avons tous fait notre petit tour nostalgique à droite à gauche avant cet événement, histoire de verser la petite larme avant la métamorphose.

Aile de Mort avait violé les Tréfonds pour sortir des entrailles élémentaires, provoquant tous ces bouleversements. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il avait des projets. Avec l’aide du Vol du Crépuscule, sa création, et l’appui du Marteau du Crépuscule de Cho’gall, son but ultime était l’avènement de l’Heure du Crépuscule, synonyme de victoire des Anciens Dieux et de fin du monde.

De retour en Azeroth après le cataclysme, Thrall préféra abandonner la Horde pour rejoindre le Cercle Terrestre et aider à la consolidation des Tréfonds qui menaçaient de s’effondrer. En même temps c’était une bonne idée, car si cela s’était produit, on n’aurait pas eu de suite…

Le paysage ennemi était en place. Aile de Mort, aidé par Ragnaros et Al’akir, pouvait mener à bien son projet de Crépuscule du monde. Therazane était hors jeu, bloquée dans les Tréfonds pour réparer la merde laissée par Aile de Mort. Et Neputlon, Seigneur de l’Eau, ne souhaitait pas vraiment bosser pour la grosse bête, laquelle envoya les Nagas pour le détruire. Pendant ce temps là, papa avait ressuscité ses rejetons, Nefarian et Onyxia. Cette dernière refit le coup de la capture à Anduin Wrynn, fils de Varian, mais fut vite re-trucidée. Nefarian reposa ses bagages à BWL pour poursuivre les recherches sur le Vol du Crépuscule. Et Sinestra, sa compagne ressuscitée également, fut engrossée pour pondre de plus belle, protégée elle et ses couvées par le Bastion du Crépuscule de Cho’gall.

Pour affronter tout cela, les peuples d’Azeroth pouvaient bien sur compter sur les autres Vols Draconiques. Enfin, ce qu’il en restait! Car au final, on avait le Vol Rouge d’Alexstrasza, le Vert d’Ysera et … voilà! Le Vol Bleu avait perdu Malygos, tué par la Rouge, et était devenu méfiant du coup. Quant à Nozdormu du Bronze, il était perdu dans le temps.

C’est ce bon vieux Thrall qui mit tout le monde d’accord. Devenu une espèce de Wolverine des chamans, il parvint à retrouver Nozdormu et réconcilier le Vol Bleu avec Alexstrasza. Le ouf quoi.

Il y eut également du grabuge chez les Trolls. Vol’jin fut approché par le chef des tribus Zandalar (les mêmes qui avaient expulsé les Sombrelance de Stranglethorn bien des année auparavant) pour une énième histoire de race supérieure qui allait prendre le contrôle de tout le monde. On ne la faisait pas à Vol’jin, qui prit sur lui de demander assistance à la Horde et à l’Alliance, en restant attentif à ce que Garrosh n’en sache rien. Et oui, tout comme les Taurens, il n’avait pas confiance en lui.

Avec le temps et l’effort, les héros d’Azeroth commencèrent le ménage. Al’akir, Cho’gall, Sinestra, Nefarian… tout ça fut mis soigneusement à la poubelle. Le danger suivant qui pointait le bout de sa flamme était Ragnaros. Celui s’était adjoint les service de l’Archidruide Fandral Forteramure des Elfes de la Nuit. Je n’en ai pas parlé avant, mais c’était l’Elfe à l’origine de la plantation de Teldrassil et de la fondation de Darnassus. En somme, c’est lui qui a pris la place de Malfurion pendant qu’il planait dans le Rêve d’Emeraude.

Il y avait bien longtemps déjà qu’il avait rejoint Ragnaros, en fait après la guerre contre les Qirajis et la défaite de C’thun, durant laquelle il avait perdu son fils. Il était devenu le nouveau Majordome du Seigneur du Feu, en compagnie de sa faction, les Druides des Flammes. Alysrazor, ancienne dragonne du Vol Vert, vint compléter la troupe du Grand Zippo.

Ragnaros

On se souvient aussi de la quête à Hyjal, durant le levelling de 80 à 85, où nous avions lardé Ragnaros à l’aide Malfurion (celui-ci était ressorti du Rêve d’Emeraude, à priori pour de bon). On ne l’avait pas détruit bien sûr, mais juste renvoyé dans le plan élémentaire. Pour l’exploser définitivement, les héros d’Aeroth durent aller au coeur des Terres de Feu et tuer un à un ses lieutenant, avant d’en finir une bonne fois pour toute.

Restait Aile de Mort, et c’était une autre histoire. Comme celui-ci avait volé, il y a bien longtemps, une part des pouvoirs de ses frères et soeurs, la seule solution restait de récupérer l’Âme du Dragon et de la retourner contre lui. Mais cet artefact avait été détruit, du coup l’impasse était inévitable. Sauf à renvoyer Nozdormu dans les méandres du temps pour la récupérer.

Pour ce faire, il fallait déjà se débarrasser de Murozond, version alternative corrompue de Nozdormu, et son Vol Draconique Infini. Ceux-là s’appliquaient depuis longtemps à perturber le cours du temps et à favoriser l’avènement de l’Heure du Crépuscule en partenariat avec Aile de Mort. Il fallait que le Vol de Bronze remonte le temps jusqu’au repère de Murozond et en finisse.

Une fois ce léger détail réglé, ils purent revenir à la guerre des anciens, juste avant la destruciton du Puits d’Eternité, et dérober l’Âme du Dragon pour la placer en sûreter au Temple du Repos du Vers, dans la Désolation des Dragons, pour la charger à bloc de l’énergie des Aspects.

Il fut ensuite décidé que Thrall, devenue le plus über des über chamans, serait celui qui utiliserait l’artefact, car ses pouvoirs égalaient à présent ceux des grands Dragons.

Après avoir abattu Ultraxion, la création ultime d’Aile de Mort censée amener à l’Heure de Crépuscule, Thrall tenta un tir avec l’Âme du Dragon sur la créature. Malheureusement, l’Aspect corrompu possédait une armure efficace qui protégeait son corps, devenu une sorte de magma en fusion bien loin du dragon noir qu’il fut jadis.

Les combattants de la Horde et de l’Alliance, appuyés par les Aspects, durent littéralement chevaucher Aile de Mort pour arracher les écailles de son armure. Attaqués par les Drakes de Crépuscule et les créatures émanant directement du sang de lave de la bête, ils parvinrent à ménager une brèche permettant à Thrall d’asséner le coup fatal.

Aile de Mort fut projeté au coeur du Maleström. A cet instant, il faut bien comprendre que le dragon n’était pas le « grand méchant » de l’histoire. Au final, il n’était qu’un sbire au service des Dieux Anciens, qui avaient depuis des millénaire travaillé à sa corruption pour opérer la fin du monde. C’est la raison pour laquelle ils chargèrent tous leur pouvoir dans la bête mourante, ultime tentative de tout donner pour vaincre. C’est ainsi qu’une version déformée et monstrueuse (encore pire que pire quoi) d’Aile de Mort émergea du Maelström; lieu du combat final. Après une âpre joute, les Aspects lâchèrent tout ce qui leur restait dans l’Âme du Dragon et Thrall asséna le coup fatal.

La version « mad »

Aile de Mort était vaincu, et les Dieux Anciens bannis et privés de leurs pouvoirs pour un très long moment. Il est intéressant de noter qu’on ne peut pas vraiment tuer ces Dieux sans anéantir Azeroth.

Ce qui ne présage rien de bon, car s’ils devaient resurgir un jour, il ne faudrait plus compter sur l’aide des Aspects. Durant le combat, ces derniers avaient usé jusqu’à la corde leur force vitale en chargeant l’Âme du Dragon, y laissant leur immortalité. La prochaine fois, ils ne seront donc pas là pour défendre Azeroth…

  • Mists of Pandalolz

Allez, c’est presque fini! Nous voici arrivé au présent du jeu, à l’extension actuelle. Elle est sans doute la plus contestée de toute en ce qui concerne le Lore. Du moins l’était-elle à la base, surtout vis à vis du peuple Pandaren. Après tout, en ai-je parlé une seule fois depuis le début de cet article? Le joueur moyen n’était-il pas en droit de se demander d’où débarquait cette île et cette race incongrue? Faire le lien avec la sortie du jeu en Chine était-il hasardeux?

Vous le savez tous désormais (du moins j’espère), Blizzard n’a pas sorti ce pan de l’histoire de son chapeau. On les a vu la première fois dans Warcraft 3, ou dans la campagne de Rexxar, en la personne de Chen Brume d’Orage le Maître Brasseur. Rares sont les pandarens qui quittèrent leur île secrète mis à part ces spécialistes de la bière, à la recherche de nouvelles saveurs. Pour les connaisseurs, des têtes de pandarens étaient aussi visibles dans Wow, notamment sur les Lames d’Azzinoth ou encore sur le Livre des Paladins (paraît-il).

Mais globalement, il fallait avoir une solide expérience du Lore pour en avoir entendu plus que vaguement parler.

Revenons sur la situation à la fin de Cataclysm. Les relations entre la Horde et l’Alliance étaient mises à mal par les velléités expansionnistes de Garrosh Hellscream, nouveau Maître d’Orgrimmar. Thrall était devenu le Gardeterre d’Azeroth, aidant les Aspects à soigner les maux infligés par Aile de Mort. Garrosh avait profité du bordel pour grapiller des territoires et harceler les combattants de l’Alliance, menant à une situation de guerre ouverte.

Et c’est lors d’un combat naval que les héros échouèrent sur le continent perdu de Pandarie. Il nous faut faire un petit flashback à l’époque de la destruction du Puits d’Eternité, première attaque de la Légion Ardente.

Les pandas étaient déjà là mais vivaient leur vie dans leur coin. Leur dernier empereur, Shao-Hao, prédit la catastrophe à venir et protégea son peuple et sa terre par des brumes magique, les coupant du reste du monde. Bon, je ne peux m’empêcher d’appeler ça une pirouette scénaristique, mais passons.

Pour protéger son peuple, Shao-Hao dut combattre les Sha, rémanences physiques des émotions négatives, résultant de la destruction d’un Ancien Dieu à sept tête, Y’shaarj. Il parvint à les emprisonner sous terre et créa une armée de gardiens, les Pandashans. Pour ne pas déchaîner les Sha, qui se nourissent des émotions négatives, les Pandashan durent développer leur tradition monacale, et devenir des petits maître Miyagi.

Mais oui Miyagi, de Karaté Kid!

C’est pourquoi l’arrivée des guerriers de la Horde et de l’Alliance, bien véners, ne fit que renforcer la puissance des Sha, surtout dans les Terres de l’Angoisse, lieu de la mort d’Y'shaarj.

Mais revenons sur l’histoire de la Pandarie. Car les pandarens ne vécurent pas heureux et insouciants toutes ces années, ils durent aussi affronter leur lot de malheurs.

En premier lieu, ils durent apprendre à contenir la folie des Mantides, race insectoïde corrompue par Y’shaarj et colonisatrice des Terres de l’Angoisse et des Steppes de Tanglong. C’est la raison pour laquelle Lei Shen, premier empereur des Mogus (nous en viendrons à cette race un peu plus loin) fit construire l’Echine du Serpent, pendant wowesque de la grande muraille de Chine. Une faible partie des Mantides était pourtant épargnée par cette folie, et ils fondèrent l’ordre des Klaxxi pour lutter contre leur propre Impératrice dominée par la corruption d’Y'shaarj.

Les Mogus, donc, sont l’autre fléau qui a pourri la vie des pandas pendant des siècles. A la base, c’était une race de brutes écervelées qui accéda à la magie et la puissance grâce aux eaux enchantées du Val de l’Eternel Printemps. Combinant ces nouveaux pouvoirs aux technologies ancestrales des titans abandonnées ça et là, ils construisirent un véritable empire sous le joug du terrible Lei Shen, le Roi Tonnerre. Les pandarens furent réduits en esclavage et des races spécialement créées pour les servir, comme les insupportables grumelots ou les sauroks.

Mais à force d’opprimer les peuples, ceux-ci se rebellèrent et renversèrent les Mogus et leur roi. On n’entendit plus parler d’eux des millénaires durant. Durant Cataclysm, nous avons affronté à maintes reprises les Trolls Zandalari sans parvenir à les vaincre ni à découvrir l’identité de leur nouveau prophète. Ils revinrent sur le devant de la scène à MoP, car ils étaient d’anciens alliés des Mogus, il y a des millénaires. Privés de leurs terres par le cataclysme, ils décidèrent de revenir en Pandarie et d’aider les Mogus à reprendre le dessus, notamment en les aider à ressusciter le Roi Tonnerre, Lei Shen.

Voilà pour le contexte. C’est ainsi que la Horde et l’Alliance commencèrent à s’étriper sur place et à convoiter les immenses ressources de ce nouveau continent. Tout ceci favorisa le retour des Sha, littéralement gavés d’émotions négatives. Le Sha de la peur déchaîna les Mantides, tandis que les Yaungols, cousins lointains des Taurens, déferlaient sur le Mont Kun Lai. Les Pandashans tombèrent sous l’influence du Sha ce qui poussa les Astres Vénérables, gardiens des Temples de Pandarie, à rouvrir les portes du Val de l’Eternel Printemps, gardé par le Lotus Doré.

Un bien gros bordel en somme, d’autant que tous ces tristes événements ne poussèrent pas au calme entre la Horde et l’Alliance, qui se déchiraient sur les plages des Etendues de Krasarang pour une guerre de ressources impitoyable, renforçant encore et toujours plus les Sha.

Un Sha

L’ambition de Garrosh n’avait aucune limite, il se mit en quête de la Cloche Divine, artefact Mogu qui lui permettrait de gonfler ses troupes de l’énergie du Sha. Anduin Wrynn, fils de Varian et prince de Stormwind, tenta de l’arrêter, y laissant presque la vie.

Cet affrontement raviva les tensions entre le Kirin’tor et les Saccage Soleil, deux ordres qui se partageaient la cité magique de Dalaran en Northrend. Basiquement, les premiers se rangèrent avec l’Alliance et les seconds avec la Horde, menés par Lor’themar Theron de Lune d’Argent. Ils débarquèrent tous sur l’Île du Tonnerre afin de stopper les Zandalari et les Mogus, qui avaient fait revivre Lei Shen. Le Roi Tonnerre succomba sous les assauts des héros d’Azeroth, puis défirent Ra-Den, un ancien gardien des titans auquel Lei Shen avait volé ses pouvoirs pour façonner son empire.

Lei Shen, le Roi Tonnerre

Entra en jeu un autre personnage étonnant, Irion le nouveau chef du Vol Noir, qui était parvenu à récupérer le pourvoir de Ra-Den jadis dérobé par Lei Shen. Il allait s’atteler à tester Horde et Alliance pour savoir qui méritait le plus de diriger Azeroth. Nous ne connaissons toujours pas ses desseins, à suivre dans la prochaine extension.

Dans le même temps, la folie des grandeurs de Garrosh le mena à un autre projet fou: lancer une série d’excavations de grande ampleur dans le Val de l’Eternel Printemps, afin de découvrir d’autres artefacts Mogu, la Cloche Divine étant détruite.

S’en fut trop pour Vol’jin, le sage chef des trolls Sombrelance, qui décida de renverser le tyran. Cela donna à lieu à une nouvelle alliance ponctuelle avec l’Alliance, puisque le SI:7 de Stormwind prêta main forte à Vol’jin pour préparer le siège et l’assaut d’Orgrimmar.

Mais Garrosh n’avait pas perdu son temps au Val, et en creusant avait découvert l’ultime pouvoir, le Coeur d’Y'shaarj, le Dieu Ancien. Après avoir vaincu Taran Zhu, chef des Pandashans, en combat singulier, il jeta le Coeur dans les eaux sacrées du Val, semant la corruption du Sha. C’est grâce au Chroniqueur Cho que le Val fut sauvé du plus puissant des Sha, celui de l’Orgueil.

Il ne restait plus qu’à converger sur Orgrimmar pour mettre à terre Garrosh Hellscream, bien à l’abris dans sa forteresse aménagée au coeur du Gouffre de Ragefeu. Les vaillants héros de la Horde et de l’Alliance durent affronter les armées de l’Orc, appuyées par d’odieuses créatures venues droit de Pandarie. Il fut finalement défait et mis en détention, propulsant Vol’jin à la tête de la Horde. Une armistice fut décidée et le monde, une fois encore, entrepris de panser ses plaies.

  • Warlords of Draenor
Ceci nous amène, enfin, à l’objet initial de mon article qui était de vous présenter le Lore de la prochaine extension. Vous avez désormais toutes les cartes en main pour en maîtriser les subtilités.
Alors, bien entendu, et même si c’est un immonde pavé, ce texte ne fait que survoler de très loin l’histoire de Warcraft. En fait il m’était impossible de faire plus court, mais vous pouvez comme moi approfondir et lire les tonnes de textes disponibles sur le net, officiels ou de fans. Pour aller plus loin, vous pouvez également lire toutes les séries de romans qui ont été publiés sur le sujet.
En attendant, nous voici à l’aube de nouveaux dangers. Car Garrosh parviendra à échapper à la surveillance des Pandashans, à l’aide d’un traître du Vol de Bronze (que nous ne connaissons pas encore), tout ceci ayant à priori un lien avec l’Île du Temps Figé récemment découverte. Il lui permettra de remonter le temps en Draenor, juste avant la corruption des Orcs par le sang de Mannoroth, avec la complicité de Gul’dan.
Si certains joueurs pensent que nous allons retourner dans le passé au cours de cette extension, ils n’ont pas compris. En fait, c’est exactement le même principe que Retour vers le Futur 2. Le plan de Garrosh aura pour conséquence de créer une timeline parallèle ou là choses auront évolué différemment.
Gul’dan n’aura pas mis la main sur les Orcs, mais sera déjà corrompu et allié des Démons. Durotan, le père de Thrall, sera bel et bien vivant même si nous ne savons pas réellement quel sera son rôle, pas plus que celui de son fils. La seule certitude, c’est que nous aiderons leur Clan Loup de Givre. Et Garrosh sera le Maître de la Horde locale, qui s’appellera la Horde de Fer. Lui ayant fourni, à la base, une technologie du futur, cette Horde sera redoutable et planifiera une invasion d’Azeroth dans notre réalité, dans notre présent.
Notre mission sera de passer, via un portail, dans cette dimension alternative, pour empêcher l’invasion. Ce n’est donc pas un voyage dans le passé, mais un saut dans une réalité différente. Nous verrons ce que sont devenus Orgrimm Doomhammer, auront contact avec une certaine Garona, meurtrière du roi Llane Wrynn dans notre passé.
Et donc vous pouvez imaginer toutes les figures légendaires que nous verrons/affronterons: Blackhand, Kilrogg, Cho’gall (again), Ner’zhul, Gul’dan, Velen, Khadgar…
Vous voyez, même si c’est lourd à digérer, il m’est apparu essentiel d’avoir une bonne connaissance du Lore pour apprécier le background de Warlords of Draenor. En un sens, c’est peut-être l’extension la plus exigeante à ce niveau, puisque si vous n’avez pas trop suivi, cela fera appel à bien trop de référence passées, à la totalité de l’histoire depuis l’époque précédant les premières guerres.
J’espère ne pas vous avoir noyé et avoir été utile à votre culture vidéo-ludique! Maintenant, on va pouvoir RP tranquillement!

 

38 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. avatar
    Rootsy

    Je viens de finir de lire … gg mon luc toujours aussi plaisant à lire tes articles, les 1h45 de lecture sont passés comme pépé dans mémé :)

    Toujours bon à prendre un ptit refresh sur un lore qui commence à avoir de la bouteille, même si, en bon joueur de la saga warcraft depuis le 3eme du nom (un ptit coup sur le 2 mais rapido) j’avais quelques bonnes bases :D

  2. avatar
    kighafarz

    Merci Luc
    Oui moi j’étais à la rue et quand on quête ensemble je m’en rend compte puisque tu sais toujours en gros qui sont les héros et leur histoire
    J’ai du passer une quinzaine d’heure entre les recherches et l’écriture et franchement ça m’a passionné. Surtout le début en fait, je trouve tout ce qu’il y a avant wow plus intéressant et mieux construit

  3. avatar
    cancerso

    Je viens de finir la lecture, superbe article :)
    Il est difficile de trouver un résumé (car il y a tellement de choses en plus !) avec tous els évènements pour savoir ce qui se passe quand (j’ai par exemple enfin compris comme l’histoire d’Illidan s’imbrique avec les autres).

    C’est vrai que ce qu’il y a avant Wow est mieux construit. C’est dû à mon avis au fait que dans Wow, toutes l’histoire doit être accessible à travers le point de vue du héros que nous jouons : il n’est donc pas possible de faire de grands sauts dans le temps, et on ne peut pas prendre différents points de vue, puisqu’il faut que le personnage soit impliqué dans l’histoire. Au fur et à mesure qu’ils rajoutent du lore dans Wow, cela fait donc de plus en plus d’évènements dans lesquels le personnage est impliqué, se déroulant sur un laps de temps relativement faible, ce qui n’est pas forcément très crédible !

  4. avatar
    stef

    C’est le link de Judgehype qui m’a fait venir, bah pas déçus, merci pour ce super pavé, bien drôle et fouillé.
    J’aborderais WOD avec un oeil plus aiguisé.
    GG

  5. avatar
    Oujø

    Et ben je te remercie pour ce « pavé » (comme certains le qualifieront sûrement :p )
    C’était très instructif et écrit avec de l’humour tout en suivant très bien l’histoire, un grand bravo à toi!
    D’ailleurs si tu as des liens vers des histoires plus poussées (De sources officielles ou même faites par des fans, celà m’intéresse, et sûrement d’autres par la même occasion!)

    Et merci JudgeHype qui m’a aussi permis d’arriver ici ;)

    1. avatar
      kighafarz

      Salut. Alors je n’ai aps forcément de site de référence, j’ai beaucoup trainé sur le wikiwow américain http://www.wowwiki.com/Portal:Main que je trouve plus complet que le français, et sinon des tas de forums à droite et à gauche.
      Si tu veux approfondir mon article rapidement et en français, le mieux reste quand meme wikiwow fr

  6. avatar
    GotikNMS

    Merci pour ce résumé très complet.
    L’humour fait passer la pilule plus efficacement, nous incitant à faire une pause pour mettre les infos en place dans nos caboches, avant d’entamer la suite tout aussi imposante.

    J’adore le Lore des univers de Blizzard. Warcraft en est evidement le plus gros.

    Donc merci encore pour le taf dantesque !

  7. avatar
    Züg

    Salut!
    C’est vraiment un superbe article et du beau boulot! J’ai toujours été très attiré par le lore de Warcraft mais j’ai toujours eu un peu de mal à m’y retrouver dès que j’étais face à un truc dans le jeu qui me semblait historique mais dont je ne savais pas vraiment l’histoire derrière. Là, c’est bien résumé, super clair et sûr que j’aurais envie de m’y replonger à l’avenir!
    Merci à toi et JH pour avoir republié.

  8. avatar
    Roderik

    Y a quand même des fautes d’histoire au début que je ne peux laisser passer (pour la correction :D ) : Les nains ont été créé par un titan (si je dis pas de bêtise, ce Titan c’est Khaz’Goroth) ça s’appel les Terrestres. Aussi, les Elfes décendent d’une tribu troll des forêts : les Trolls sombre. C’est une tribu nomade (c’est à dire pas comme ceux de Zul’gurub/aman), ils étaient principalement actif la nuit, étaient plus grand et plus primitif que leur confrères (http://www.wowwiki.com/Troll_and_elven_lineage?file=Trollstammbaum.jpg)[Confirmation de blizzard : In World of Warcraft: The Magazine, Issue 5, it is verified to Brann Bronzebeard by Freya, Cenarius, and the The Tribunal of Ages that Kaldorei derived from Dark Trolls]

    Les races jouables « azerothienne » de base, c’est à dire non titan (par ce que les titans ont créés une très très grande quantité de vie animale/végétale) sont : les Trolls (et par extension les Elfes), les Taurens.

    Voilà :D

    1. avatar
      kighafarz

      Oui on m’a fait la remarque dans les commentaires sur judgehype. Merci du coup je vais modifier ça!

  9. avatar
    Lynalia

    Ah lala superbe résumé. Ça donne envie de rejouer à wow lolz ^^.

    Mais acheter les extensions + payer un abonnement ça m’embête. De plus j’ai arrêté wow à la sortie de l’addon Wrath of the lich king tellement le lore partait en sucette.

    Vraiment déçu par ce que blizzard à fait après wow :’(… Pouvoir tuer toutes les figures emblématiques m’attriste.

    Dans les prochaines extensions ça va devenir de plus en plus n’imp et on va finir par affronter Sargeras et les Kaldorei vous verrez ^^

    1. avatar
      kighafarz

      Le pire c’est que je pressens la même chose… Blizzard a dit qu’on ne connaissait pas encore le grand vilain de WoD (on sait juste que ça ne sera pas Garrosh)

      1. avatar
        Helleaven

        Pour le vilain de WoD, je pense à ce bon vieux Gul’dan. Il fait un peu « intru » dans cet Horde de Fer

        1. avatar
          kighafarz

          Oui pourquoi pas! Ou alors un retour de Sargeras? Après tout rien ne dit qu’il soit perdu à jamais…

  10. avatar
    Hellfox

    eh bien en voilà un formidable texte ! moi qui joue à wow depuis ses débuts mais qui n’avait pas suivi l’histoire, je comprends enfin le jeu auquel je joue ! et je sais maintenant d’où sortent nos amis les pandas et comment va être raccordé scénarisqtiquement la prochaine extension.

    je te remercie encore pour ce super travail et l’effort que ça a du demander.

    moi aussi c’est judgehype qui m’a amené là, mais je ne suis pas déçu :

    j’ai passée une agréable après-midi au bureau ^^

  11. avatar
    kighafarz

    Merci à tou(te)s pour ces commentaires, je suis vraiment content si ça sert à d’autres personnes que mes bouzeux de guildies (si si)

  12. avatar
    Methode pour faire de l'argent

    Compliment, c est un regale de vous suivre

  13. avatar
    Zal

    Tes bouseux de guildies t’emmerdent !

    Bravo Kigh, c’est mérité :)

  14. avatar
    Hellfox

    sinon j’ai une question, ds qqs temps je vais faire un concert avec mon association où on jouera un « pot pourrie » de musiques de wow.

    au programme il y aura les morceaux suivant :

    Wrath of the Lich King
    Lament of the Highborne
    Lion’s Pride

    et pour faire la présentation de ces morceaux je cherxhe quelqu’un de bien calé sur le lore de wow comme toi et qui pourrait m’en dire plus sur les histoires liés à ces morceaux de musique ou qui pourrait me rediriger vers qqch de pertinent.

    si tu acceptes, je te remerci d’avance pr ton aide.

    NB : si d’autre veulent apporter leur savoir qu’ils n’hésitent pas ;)

    1. avatar
      kighafarz

      Salut :)
      Alors franchement c’est une sacré question que tu poses là! Je n’ai absolument pas la réponse, ou alors j’ai mal compris tu souhaites savoir à quels moments du jeu on entend le smorceaux que tu vas jouer c’est ça? Et les relier à l’histoire vécue dans le même temps?

      1. avatar
        Hellfox

        c’est exactement ça, en fait tu as trés bien compris ma question.

        ça me permettrait ainsi de pouvoir aider les spectateurs à comprendre ce que réprésente ces chansons.

        où est ce qu’on les entends ds le jeu, et à quelle histoire cela se rattache. afin que ça leur parle un peu.

        parce que la majorité ne connaitront pas wow je pense, et je voudrais qu’ils puissent écouter, comprendre ce qu’ils écoutent et imaginer un peu les différentes scènes »

        qu’ils ne soient pas là a écouter un morceau et qu’ils ne comprennet pas l’importance que peut avoir ce morceau ds le jeu.

        si ça peut t’aider je prend un exemple.

        je sais que le morceau « Lament of the Highborne » est liée à l’histoire de sylavanas et de sa soeur,

        je sais que c’est aussi lié a une quete pour retrouver un pendentif et que cette musique se déclenche une fois la quete rendue.

        mais je trouve ça un peu léger comme explication, et les gens ne comprendront peut-être pas toute l’émotion qui se dégage de ce morceau.

        alors que c’est ce qu’ils devrait comprendre et ressentir.

        du coup si tout pouvait m’aider à avoir le lore de ces morceaux ça serait génial !

        en espérant avoir était un peu plus clair

        1. avatar
          kighafarz

          Oui tout à fait, mais c’est du boulot va falloir que je retourne dans certains endroits/raids/instance pour noter les musiques et tout. Si tu veux me faire gagner du temps, tu me sors ta setlist et les combats/endroits du jeu qui s’y rattachent et je t’écris un texte de description qui va dessus?

          1. avatar
            Hellfox

            désolé de voir ton commentaire si tard :s

            oui je veux bien te sortir ma setliste, mais c’est déjà le cas en fait, puisque ça se compose des 3 morceaux précédemment cités.

            en ce qui concerne les endroits ds le jeux où les musiques se déclenchent je veux bien le faire, pas de pbm, je me met au boulot ce soir et j’espère te trouver ça rapidement.

            et du coup pour éviter le fait de voir des posts un peu tard, serais – tu ok pour qu’on discute en mp sur facebook, mail ou autre ?

            sinon pour le plaisir voici le morceau que l’on va joué, joué par un orchestre « témoin »

            http://www.alfred.com/Products/World-of-Warcraft–00-35947.aspx (clique sur la note sur fond bleu pour lancer la lecture)

    2. avatar
      Saru

      Petite proposition, mais ne serait-il pas possible pour vous de prendre un vidéo projecteurs, et de diffuser des images des régions et personnages que l’on retrouve dans le jeu au moment ou l’on entend c’est chanson ?

      En tout cas très bonne idée pour un concert =)

      1. avatar
        Hellfox

        si, cela serait possible mais il y a deux choses qui font que nous n’en prendrons pas.

        la première, c’est la géométrie de la salle ds laquelle ns jouons. il n’y a aucune surface plane qui permet de faire une projection correcte.

        la deuxième c’est que malgré cette géométrie pas facile à gérer, il y a qqes années nous avions essayé pour un concert où nous faisions des BO de films. et on s’est rendu compte que les gens regardais plus les images qu’ils n’écoutaient ce qu’on jouais. du coup on passez au second plan, ce qui n’est pas le but de notre soirée. Nous sommes là pour faire passer une bonnes soirée aux gens, mais aussi leur montrer que notre travail de répétition à l’année est payant, que nous progressons, et que ce n’est pas qu’une énième activité communale qui ne sert à rien…

        donc voilà, pour ces raisons nous ne retenterons pas l’aventure du projecteur.

  15. avatar
    Helleaven

    Bonjout,

    Magnifique post! Très agréable à lire et même moi qui connait bien le Lore de Wow, j’ai appris des choses!
    Quelques petites erreurs mais bon, vraiment un très bon boulot=)

    1. avatar
      kighafarz

      Merci! Je travaille sur une première correction

  16. avatar
    Fishu

    Super article, très agréable à lire et qui m’a bcp aidé à comprendre les bases.

    Chapeau, et merci !

  17. avatar
    Saru

    Superbe article, je me suis régalé.

    Ca m’a permis de comprendre beaucoup sur l’histoire de warcraft même si c’est un peu compliqué de tout digéré en une fois(je pense que je vais devoir relire la phase pré-WoW tranquillou pour tout bien comprendre parce qu’il s’en passe des choses ^^)
    Une chose est sûre, ça m’a donné envie de voir comment ils vont adapter tout sa dans WoD.

    Un grand bravo, j’admire la performance.

  18. avatar
    Rootsy

    Stop la lèche il rentre déjà plus dans ses baskets :p !!

  19. avatar
    kighafarz

    Faux! Je ne mets pas de baskets!
    Mais sinon mille mercis pour tous ces compliments

  20. avatar
    jtemezero

    Nul

  21. avatar
    jtemezero

    ;)

    1. avatar
      kighafarz

      Salope

  22. avatar
    blackorwhite

    j’avais pas encore eu l’occas de te laisser un pti mot : super l’introduction du lore pour les newbies que j’étais ! J’ai lu cela d’un coup ce w-e avec plaisir mais aussi une certaine émotion au souvenir de mes soirées vidéos-ludiques durant les premiers warcraft et tous les différents opus de WOW (sauf le truc bizarre qu’est la dernière extension). Cela m’a confirmé que j’ai bien choisi la période pour stopper le jeu et cela m’a aussi bien motivé à envisager d’y revenir si ils font un minimum d’effort pour revenir aux sources (= éviter les ninja, les pandas, les martiens, …)

    Bref merci pour l’histoire !

    1. avatar
      kighafarz

      Mais je t’en prie! avec plaisir

    2. avatar
      Zal

      Retour du Blackorwhite, mais alors là, archi need :)

  23. avatar
    Djidiouf

    Salut, beau résumé, juste quelques points que je souhaiterais soulever.

    « Ces derniers ne prirent pas du tout la mesure de ce départ, trop occupés à modeler des mondes… »

    Cela donne l’impression qu’ils n’en avaient rien à foutre alors que pas du tout. Ils ont tenté de le raisonner mais rien n’y faisait. Sargeras ne leur a pas laissé d’autre choix que d’accepter son départ du Panthéon.

    « Et vous l’aurez deviné, il s’agit de notre très chère Azeroth. Aidés des créatures locales (notamment des Nains), ils façonnèrent un continent unique, »

    Ce sont les titans qui ont créé les nains, en aucun cas ils ne peuvent être considérés de ce fait comme des créatures locales.

    « Alors que Kalimdor vivait paisiblement, une tribu d’humanoïdes primitifs parvint à s’approcher des rives du lac du Puits d’Eternité »
    Tu pourrais peut être préciser que ces humanoïdes sont des trolls.

Laisser un commentaire